Tendance

À 79 ans, Jane Fonda s’ouvre pour la première fois sur le viol dont elle a été victime enfant

Crédit photo: THE EDIT

Comme on dit, il faut parfois du temps pour mettre des mots sur ce que l’on a vécu…

Âgée aujourd’hui de 79 ans, Jane Fonda a décidé qu’elle se sentait enfin prête à s’ouvrir pour la première fois sur une page très douloureuse de son histoire: elle a été victime d’agression sexuelle alors qu’elle n’était qu’une enfant… preuve qu’il n’est jamais trop tard pour en parler.


Jane Fonda se confie à coeur ouvert dans une entrevue des plus intéressantes pour THE EDIT, avec l’actrice Brie Larson (Room). Brie, fervente défenderesse des victimes de violence sexuelle (elle a joué deux victimes d’abus sexuels dans des films et a rencontré des filles qui en ont subis) pousse Jane Fonda à se livrer un peu plus sur le féminisme, ses peurs et son désir de changer le monde un peu plus chaque jour.

J’en ai, des choses à dire sur les effets du patriarcat; on m’a violée, on a sexuellement abusé de moi enfant et on m’a virée pour ne pas avoir voulu coucher avec mon patron, et j’ai toujours pensé que c’était ma faute. Je connais des filles qui ont été violées sans qu’elles pensent que c’était du viol. Elles se disent: «C’est certainement parce que j’ai dit “non” de la mauvaise façon.» Une des choses que le mouvement des femmes nous a appris, c’est que le viol et les agressions ne sont pas de notre faute.

Parce que les choses doivent changer

Après toutes ces années à porter cet horrible poids sur ses épaules, Jane a réussi à mettre un mot sur l’agression qu’elle a vécue dans son enfance et qui a marqué le cours de sa vie. Elle a réalisé que ce n’était pas à elle de se sentir coupable ou honteuse, mais à ceux qui s’en sont pris à sa personne. C’est d’ailleurs pourquoi l’actrice et productrice américaine milite depuis près de 50 ans pour la cause des femmes, et ce, dans le but qu’elles soient égales aux hommes.

En évacuant de son système ce poignant témoignage, l’actrice espère faire bouger les choses; que d’autres femmes réalisent que oui, peut-être elles ne peuvent pas revenir en arrière, mais en aucun cas elles ne doivent penser que c’est leur faute. Le viol est un crime et les agressions sexuelles sont des délits et peu importe les circonstances de l’agression, la victime n’est pas responsable (#StopCultureDuViol)!

J’ai grandi dans les années 50 et j’ai mis du temps à mettre ce féminisme en action. Les hommes de ma vie étaient merveilleux, mais victimes du système [patriarcal] en place. Je me sentais amoindrie jusqu’à ce que je décide de ne pas changer qui j’étais pour plaire à un homme. C’est une fois célibataire et après avoir vu Eve Ensler jouer Les Monologues du vagin que je suis devenue féministe. La pièce m’a fait rire, mais mon ADN a changé ce jour-là. Ça a mis du temps, car j’avais été éduquée pour satisfaire les autres.

En 2014, Jane Fonda avait confié lors du 40e anniversaire de l’association Rape Treatment Center (dont la mission est de venir en aide aux victimes d’agressions sexuelles) qu’elle avait découvert que sa mère Frances Seymour, qui s’est enlevé la vie en 1950 alors que Jane n’avait que 12 ans, s’était également fait violer alors qu’elle était jeune: «À la minute où j’ai lu cela, tout s’est mis en place. J’ai compris la chirurgie plastique sans fin, la culpabilité, son incapacité à aimer ou à l’intimité, et j’ai été capable de lui pardonner et de me pardonner.»

Cette entrevue avec Brie Larson tombe d’ailleurs juste à point, une semaine après que l’actrice ait remis l’Oscar du meilleur acteur à Casey Affleck pour sa performance dans le film Manchester by the Sea… Pourquoi? Eh bien, parce qu’elle a refusé de l’applaudir. Encore aujourd’hui, la victoire de Casey Affleck ne fait pas l’unanimité puisqu’elle ravive la polémique d’agression sexuelle dans laquelle il est impliqué: accusé d’avoir agressé sexuellement une productrice et une réalisatrice en 2010, Casey a démenti les deux affaires, qui ont été réglées à l’amiable!

Malheureusement (ou heureusement pour lui), avec un Oscar en poche, tous les réalisateurs vont se jeter à ses pieds, il aura de plus en plus d’offres de rôles intéressants et deviendra encore plus intouchable… Des gens qui commettent des agressions sexuelles devraient perdre leur emploi et ne devraient en aucun cas être couverts d’éloges et de prix!

À voir aussi:

Liberté, égalité, sécurité… pour toutes!

La Journée internationale de la femme tous les jours

Mon fils, sois féministe

Agressions sexuelles: Un type de vêtements à éviter?

Vous aimerez également