Vivre

À la maman qui a pleuré à l’école

annieUNEmerequipleure

Chère maman qui a pleuré toute l’heure que nous avions avec nos petits pour découvrir leur nouvelle classe, j’aimerais te parler.

Sache d’abord que je compatis avec toi. Cette séparation d’avec son enfant n’est jamais facile. Peut-être que le tien n’a pas fréquenté la garderie et qu’il a été avec toi jusqu’à aujourd’hui. Peut-être n’as-tu pas dormi la nuit dernière, trop angoissée à l’idée de laisser ce petit bout de toi faire son entrée dans la cour des grands. On devient parfois très émotif quand on est fatigué. Tu n’as pas à avoir honte de tes larmes, bien au contraire. L’amour qu’on porte à ces êtres qu’on a mis au monde peut nous faire avoir toutes sortes de réactions (rationnelles ou non!) au cours de notre vie.

Ceci dit, je compatis aussi avec ton enfant. Celui qui du haut de ses trois pommes doit faire face à tout un changement dans sa vie. Celui qui lève les yeux pour chercher dans les tiens du réconfort, du courage et du soutien. Si les tiens sont embués, que peut-il y trouver? Chère maman, j’aurais eu envie de te faire un gros câlin et te dire que tout va bien aller, mais seulement une fois les enfants entrés dans l’école. C’est le moment opportun pour éclater en sanglots ou même frapper le trottoir en hurlant que le temps passe trop vite et que tu es déjà en train de perdre ton bébé.

Devant lui, sois forte. Ce qui ne veut pas dire de ne pas exprimer tes sentiments. Tu peux lui dire que toi aussi, ça te fait tout drôle qu’il soit maintenant à l’école. Que cette journée sera un peu spéciale, car c’est tout un nouveau monde qui s’offre à lui. Qu’il a toute ta confiance et qu’il fera bien les choses. Qu’il a le droit de pleurer (lui). Qu’il a le droit d’avoir peur. Qu’il a le droit d’être timide. Mais que tu l’encourages surtout à se faire de nouveaux amis, à partager avec les autres sa passion du dessin ou de la construction de châteaux forts en blocs. Que pour ses camarades, c’est aussi le début d’une nouvelle aventure. Que l’école, c’est fantastique et que ça a plein de côtés positifs. Que tu vas vite le retrouver à la fin de la journée et que tu as vraiment hâte d’entendre tout ce qu’il aura vécu de palpitant.

Chère maman, les enfants apprennent beaucoup par mimétisme. Ouvre ton coffre à outils pour lui donner ce que tu as de meilleur, car la rentrée est un passage obligé. L’aimer, c’est aussi lui donner tout ce qu’il faut pour qu’il intègre cette nouvelle microsociété. Tu travailles là-dessus depuis un moment déjà, en lui apprenant à réfléchir par lui-même, à surmonter les échecs, à respecter les règles, à attendre son tour, à être généreux, patient, attentif…

Sèche tes pleurs, souris et montre à ton petit (et aux autres aussi qui ont bien vu tes larmes!) comment accueillir la nouveauté et le changement. Ma seule formation est celle d’une maman qui a vécu la garderie à temps partiel et la prématernelle. Habille-toi de ton plus grand sourire, console-le, mais sois ferme au moment de le laisser et viens me rejoindre au café du coin. On versera quelques larmes ensemble en se disant que le temps passe trop vite et qu’on est en train de perdre nos bébés.

 

Partager cet article

Vous aimerez également