Vivre

À toi ma femme qui souffre de dépression….

a-toi-ma-femme

Mitsou a merveilleusement bien écrit l’effet de l’automne sur son humeur. Je me suis rappelé le cas d’un couple qui s’était beaucoup éloigné alors que la femme vivait une dépression. Si la détresse de la femme était connue de tous, celle de son conjoint l’était beaucoup moins même si elle était tout aussi importante. Un jour, pris au dépourvu, il me demanda quoi faire, quoi dire. Il se trouvait si maladroit, si peu outillé pour faire face à cette situation. Je crois que sa femme aurait souhaité lire ceci:

À toi ma femme qui souffre de dépression,

J’aimerais te dire que je m’en veux. Je m’en veux de ne pas avoir été en mesure de te protéger de cette maladie sournoise et de ne pas avoir vu que ton monde intérieur s’écroulait. Tu me diras que ce n’est pas ma faute. N’empêche, j’aurais aimé être plus présent pour toi.

J’aimerais te dire que je serai patient. Prends le temps qu’il te faut pour prendre soin de toi. Je m’occuperai du reste. Et ne t’inquiète pas pour moi, je serai ton pilier et j’irai chercher du soutien également lorsque j’en aurai besoin.

J’aimerais te dire que je ne te juge pas. Parfois, c’est vrai, j’ai de la difficulté à bien comprendre ce que tu vis. Lorsque je suis maladroit dans mes remarques, souvent ce qui semble être du jugement est en réalité de la peur. J’ai peur de ne pas comprendre, de ne pas être en mesure de tout contrôler, de te perdre, de ne pas être à la hauteur, de sombrer moi aussi.

J’aimerais te dire à quel point les enfants te trouvent formidable. Je le sais, je le sens, tu as l’impression de ne pas être une bonne mère. Tu te sens coupable de ne plus être la même, d’être malade. Tu es leur maman d’amour, et le sera toujours. Et moi, je te trouve belle d’être pour eux un modèle qui s’efforce de prendre soin d’elle. Si tu as besoin de repos, de t’isoler un peu plus, de ne pas faire semblant d’être toujours heureuse, d’un bon repas réconfortant, nous t’aiderons pour tout ça.

J’aimerais te dire que je ferai toujours mon possible pour respecter chaque étape de ce long processus. Je respecterai ton rythme. Je n’agirai pas avec toi comme si tu étais une enfant. Je respecterai ta vulnérabilité, et continuerai de te traiter avec dignité.

J’aimerais te dire que je pleure parfois le soir, même si mon comportement peut laisser croire je ne suis pas sensible à ce que tu vis.

J’aimerais te dire que j’ai hâte de te retrouver. Mais pour l’instant, l’important c’est toi, pas moi. Alors, n’oublie jamais que je suis là quand tu as besoin de moi. Je t’attendrai et je serai là quand tu iras mieux.

J’aimerais te dire que tu me manques.

J’aimerais te dire que je t’aime. Encore plus aujourd’hui qu’hier.

De ton homme…

 

Mais il ne pourra pas. Il ne pourra pas écrire ces mots. Même s’il le voulait, les mots ne pourraient pas toujours être si doux.

Parce qu’il souffre énormément lui aussi.

Parce qu’il n’aura peut-être pas les mots pour exprimer en même temps son amour, sa détresse, mais également sa rage.

Parce que l’inconnu lui fait peur. Il est terrifié même.

Parce qu’il ne reconnaît plus du tout sa femme.

Parce qu’il se sent rejeté par elle.

Parce que l’absence d’intimité avec sa douce a fait place à une distance douloureuse.

Parce qu’il vivra les désagréments de sa maladie et de sa médication tous les jours.

Parce qu’il devra parfois oublier les besoins de sa femme pour se concentrer sur les siens.

Parce qu’il ne saura plus ce qui est mieux pour sa famille.

Parce qu’il aura envie de partir.

Parce que l’idée de se séparer sera parfois trop forte.

Alors à ceux qui, comme cet homme, ne savent pas quoi dire et quoi faire, je crois qu’au contraire vous le savez au plus profond de vous. En mots, cela serait probablement:

À toi ma femme qui souffre de dépression,

Je ne sais pas quoi faire. Je ne sais pas quoi dire.

J’ai été poussé sur ce bateau également, en même temps que toi.

Alors je regarderai à l’horizon tous les jours pour voir ce qui nous attend.

J’espère pouvoir faire tout mon possible.

S’il se mettait à venter trop fort et qu’une vague trop grosse me fait tomber du bateau, sache que tous nos moments d’amour, de bonheur et de tendresse étaient sincères.

De ton homme…

Partager cet article

Vous aimerez également