Vivre

Brangelina n’est plus… nuance

Crédit photo: Shutterstock Crédit photo: Shutterstock

Mercredi, un tsunami s’est déchaîné sur les réseaux sociaux. Brangelina n’est plus. Divorce. Boum. Par curiosité, voyeurisme ou intérêt, des millions de gens, moi inclus, ont scruté les mots déferlant sur le sujet. L’offre et la demande… La rupture de deux stars, ça fait vendre des journaux, des magazines et des clics J’aime sur différents articles assidument rédigés.

bythesea

Extrait du film, By the Sea.

Des mots choisis par les auteurs de ces billets. Des mots subjectifs, que ces derniers ont utilisés sans savoir, sans connaître le fond de l’histoire du couple. La plupart évoquaient les enfants, qui ne méritent pas une telle couverture médiatique alors que la séparation est d’ores et déjà suffisamment douloureuse. Je suis d’accord. Papa et maman ne vivront plus dans la même maison. Noël ensemble, c’est terminé, c’est écrit sur le front du journal. Ouch. Dans la cour d’école, les enfants seront pointés du doigt et examinés par leurs pairs et sûrement par les parents desdits pairs aussi.

–Regarde chéri, c’est le petit de Brad.

L’anonymat n’existe plus depuis belle lurette dans le monde hollywoodien. C’est la rançon de la gloire, ainsi va la vie. Les enfants en souffrent… ou pas. C’est triste. Si triste. J’ai mal pour eux. Au Québec aussi, parfois, si t’es big vraiment big .  Sinon, ici, les paparazzi se font rares et le « starstruck » encore plus, Dieu merci.

À mon tour de me pencher sur le sujet. Une nuance… dérivée de Brangelina.

Ce qui a retenu mon attention dans les diverses conversations étalées sur les réseaux sociaux, c’est l’égoïsme qu’on attribue aux parents séparés. Les nombreux statuts d’enfants désormais adultes, heureux et fiers d’avoir des parents qui se parlent et se côtoient après la rupture. Les statuts jugeant délibérément ceux qui n’y arrivent pas.

–Parents égoïstes! Mettez vos différents de côté au nom des enfants.

Oui, les parents devraient s’abstenir entre autres de dénigrer l’ex devant les enfants, c’est le gros bon sens. Mais, traiter d’égoïstes les parents qui n’ont pas de relation ou de communication, je trouve cela injuste.

Ma nuance est celle-ci. Parfois chers enfants désormais adultes, c’est tout simplement impossible d’avoir une bonne relation et c’est égocentrique de penser le contraire. Maman et papa ne peuvent peut-être pas se parler et se côtoyer parce que ça fait trop mal. Que la blessure soit toujours aussi vive dix ans plus tard, c’est tout à fait possible.   Un jour, la guérison se fera peut-être, mais entre-temps le statu quo règne et c’est ainsi. Il y a aussi ceux qui doivent imposer des limites et couper les liens pour éviter l’abus, la manipulation et la violence verbale. La médiation et le contact avec l’autre sont d’ailleurs fortement déconseillés le cas échéant. Parfois, chers adultes-enfants, papa ou maman ne vous ont pas tout dit… L’un a peut-être été démoli à petits coups de mots pendant des années? Dénigré, attaqué, rabaissé?  Peut-être que le chantage a continué après la rupture et qu’il a choisi de se protéger même si… c’est mal vu. Peut-être… Des témoignages de la sorte, j’en ai reçu des centaines.

Ce qui est déplorable dans le cas de Brangelina, c’est l’enjeu médiatique dont les enfants souffriront sûrement. Mais en ce qui attrait à la post-séparation, peu importe qui en sont les acteurs, qui en connaît réellement les motifs? Lorsque la porte est fermée et que la tension monte… qui sait ce qui se passe entre l’homme et la femme qui portent aussi le titre de père et de mère ainsi que l’odieux d’une séparation…

Mes parents se sont divorcés alors que mes sœurs et moi étions adultes. Mon monde s’est arrêté. Mon souffle s’est coupé. J’ai eu mal. J’ai tant souffert, les larmes creusant des lacs dans mes os.

Et nous… enfants, aurions rêvé que nos parents soient amis, complices, partenaires pour la vie. C’est égoïste et c’est humain. Mais parfois, c’est impossible. Je préfère de loin avoir des parents heureux et épanouis, que des parents qui demeurent ensemble au nom des enfants. Aujourd’hui, je ne suis plus égoïste. Maman et papa se sont côtoyés à mon mariage…   Ils se vouent un respect silencieux, car le lien parental les unit pour la vie… Mais c’est suffisant. Aujourd’hui, je pense à eux en respectant leur cheminement et en mettant de côté mon nombril d’enfant éclaté…

Partager cet article

Vous aimerez également