Vivre

C’est maintenant qu’il faut agir

agir

S’il y a une chose que j’ai comprise au cours des dernières années, c’est que ce qu’on remet à plus tard risque de ne jamais se produire. La raison en est fort simple : nous serons constamment ensevelis sous mille et une responsabilités alors il devient utopique de penser que, demain, nous aurons plus de temps qu’aujourd’hui.

En fait, chaque petite chose qu’on se promet de faire plus tard se ramasse sur une liste qui s’allonge de jour en jour. Ainsi, non seulement l’information se perd, mais la motivation aussi. De plus, toutes ces données sont une véritable pollution pour notre cerveau qui, de temps en temps, est secoué par un spasme qui nous ramène à l’esprit lesdites choses que nous nous étions tant promis de faire. Et voilà qu’émerge une certaine forme de culpabilité. Non seulement nous sommes déçus de ne pas nous être exécutés, mais nous réalisons qu’en fin de compte, nous ne sommes pas vraiment fiables.

Un engagement ferme

Au fond, quand on y pense, ce n’est pas si sorcier que cela. Si nous analysons ceci de façon réaliste, ne savons-nous pas immédiatement si un projet, une activité ou une tâche présente assez d’intérêt pour nous permettre de passer à l’action? Si, d’entrée de jeu, il y a hésitation, les chances pour que ça ne se réalise pas viennent d’être décuplées. Alors, pourquoi perdre son temps à considérer ce qui, finalement, n’a pas assez d’importance pour qu’un engagement ferme soit pris? Nous devrions toujours veiller à ne garder en tête que les choses qui comptent vraiment. Sinon, nous nous embrouillons l’esprit inutilement.

Je fais ce que je dis

Parce que nos pensées s’en vont constamment dans tous les sens, il est extrêmement difficile pour nous d’être complètement focalisés sur une chose à la fois. C’est d’ailleurs une situation qui m’arrive par moment : je me lève le matin avec l’intention de déplacer des montagnes, mais je suis tellement indécise dans les choix que je dois faire que finalement, je me retrouve à la fin de la journée sans n’avoir absolument rien foutu. Normal, car je ne suis pas passée à l’action assez rapidement. Je me suis mise à jongler avec les différentes possibilités et j’ai complètement perdu mon focus.

Heureusement, il y a une façon de remédier à ceci et c’est en travaillant sur notre tendance à la procrastination : ne plus remettre à un autre moment ce qui peut être fait tout de suite.

Nous devons nous rééduquer en nous donnant comme objectif de toujours faire ce que l’on dit et de le faire maintenant.

C’est incroyable comme on peut arriver à se sentir en maîtrise de soi lorsqu’on fonctionne selon le principe de Je fais ce que je dis. Tout d’abord, cela nous oblige à une certaine structure qui est un gage d’équilibre. Ensuite, nous nous dégageons du poids et du stress qu’occasionnent les listes qui n’en finissent plus. Et, finalement, tout ce qui compte ou est nécessaire au bon fonctionnement de notre vie est priorisé et mis en place pour notre plus grand bonheur.

Si une chose doit être faite, qu’elle le soit maintenant. Le sens de maintenant pouvant être un peu plus large et s’étendre sur quelques heures ou quelques jours… Mais si nous passons notre temps à faire remonter sur la liste certaines actions, il est préférable de nous arrêter pour nous poser la question : est-ce que je veux ou dois vraiment faire ceci?

Gardons en tête qu’il vaut toujours mieux avoir moins de choses sur sa liste et toutes les accomplir que d’en avoir plusieurs qui deviennent un véritable boulet à traîner.

Procurez-vous le Carnet de route pour manifester l’inattendu à jackiebhamilton.com

Partager cet article

Vous aimerez également