Vivre

Chanson pop et féminisme-féminin

meghan

J’écoute volontiers avec mes enfants les chansons populaires qui jouent en boucle à la radio. Ces temps-ci, les tubes de Meghan Trainor No et Mee too arrivent à me faire taper du pied et rigoler tout à la fois. Je me disais hier : wow, j’adore cette fille! À peine âgée de 22 ans, cette auteure-compositrice-interprète bombarde nos jeunes filles de messages positifs et inspirants.

Cette jeune chanteuse qui s’est fait connaître l’an dernier avec sa chanson All About That Bass, s’inscrit dans ce que j’appellerais un féminisme féminin. Dans ce premier succès populaire, Trainor faisait la promotion de l’acceptation de soi et des différences corporelles. Elle décriait la dictature de la minceur et des normes photoshopées qui ne contribuent qu’à rendre la grande majorité des femmes insatisfaites et malheureuses.

« I see the magazine workin’ that Photoshop
We know that shit ain’t real, come on now, make it stop
If you got beauty, beauty, just raise ’em up
‘Cause every inch of you is perfect from the bottom to the top »

En tant que mère de trois jeunes filles, je ne peux qu’acclamer ce genre de discours qui vient contrebalancer l’omniprésence des images léchées et irréalistes affichées partout. Meghan Trainor a choisi de poursuivre dans cette veine et, sur son nouvel album, les paroles de plusieurs chansons encouragent, sur un ton humoristique, les jeunes filles à s’aimer, à revendiquer leur unicité et à ne pas se laisser rabaisser ou dénigrer. Comme ici dans la chanson Me Too:

« I thank God every day
That I woke up feelin’ this way
And I can’t help lovin’ myself
And I don’t need nobody else, nuh uh

If I was you, I’d wanna be me too
I’d wanna be me too »

Ce tube, parfait pour l’été, met de bonne humeur et permet de partager un beau moment de fierté et d’autodérision avec nos ados et préados quand on se la chante en chœur… et avec attitude!

Peut-être avez-vous également entendu son autre succès de l’été, No, dans lequel elle encourage les jeunes femmes à s’affirmer, à repousser cavalièrement les prétendants achalants dans les discothèques? Pauvres gars! On a un peu pitié pour eux, mais en même temps, qui n’a jamais eu à endurer les questions clichées, les compliments creux, les mains baladeuses et les regards insistants? Trainor enseigne à nos filles comment y répondre efficacement et toujours humoristiquement en disant : My name is No!/ My sign is No!/ My number is No!/ You need to let it go…. Encore une fois, je chante avec un grand plaisir ces paroles avec mes jeunes filles en souhaitant qu’elles se rappellent ces bons mots lorsque leur tour de sortir dans les bars sera venu. Bien souvent, les filles ne sortent pas dans les bars pour se faire remarquer par les gars; elles aiment être entre-elles, s’habiller belles pour elles-mêmes, lâcher leur fou et danser entre copines. Voici ce qu’exprime fort bien ce couplet :

« Thank you in advance,
I don’t wanna dance (nope)
I don’t need your hands all over me
If I want a man,
Then I’mma get a man
But it’s never my priority »

Sur l’album, j’ai découvert la pièce Woman up, qui sera peut-être un prochain hit et qui invite aussi les femmes à afficher simultanément leur féminité et leur indépendance. Madonna fait ici figure d’inspiration pour celles qui portent rouge à lèvres et talons hauts pour conquérir le monde. Il est loin le temps où féminisme rimait avec habit drabe et masculin. L’heure est au plaisir et à l’affirmation de soi. Oui à la beauté! Oui à la mode! Oui à la différence! Oui à l’amour et aux hommes, mais non à l’asservissement! Non au harcèlement et non au sexisme!

J’ai trois belles filles. Elles grandissent vite. Un jour, elles seront dans les bars. Je leur souhaite des soirées folles et endiablées, des amies drôles et solidaires, des rencontres excitantes et romantiques. Je veux qu’elles soient confiantes et décidées, qu’elles évoluent dans des univers respectueux et sécuritaires. Je veux qu’elles aient suffisamment confiance en elles pour discerner ce qui est bon de ce qui ne l’est pas. Je ne voudrais pas que mes filles se sentent, ou soient perçues, comme des objets à modeler, comme des proies à chasser, comme des êtres à subordonner.

D’ici là, je chante et danse avec elles dans le salon, sur des airs de pop sucrée, des paroles pleines de bons conseils. Le féminisme, selon moi, n’est pas une question d’aplanissement des différences entre les hommes et les femmes, mais bien une question d’égalité fondamentale et cette égalité ne pourra être définitivement acquise que lorsque le respect des autres et des différences sera bien ancré dans les mentalités. Mes filles, je vous souhaite l’immense privilège d’être bien, d’être vous, partout et en tout temps.

Et vous, quelles chanteuses ou chansons aimez-vous écouter avec vos enfants en ce moment ?

Partager cet article

Vous aimerez également