Culturel

Comment Tom Petty s’est fait jouer par son meilleur ami

Mon hommage à Tom Petty, dont j’adore l’œuvre et qui est décédé hier, à 66 ans, me vient de l’un des meilleurs documentaires musicaux que j’ai regardés, The Défiant Ones, présenté à HBO.

En 1980, Jimmy Iovine était le meilleur ami de Tom Petty avec qui il produisait un album. À la même époque, Iovine a commencé une relation amoureuse et professionnelle secrète avec la chanteuse Stevie Nicks qui préparait un premier album solo. Jimmy Iovine ne voulait pas décevoir Tom Petty en lui annonçant qu’il travaillerait aussi avec Nicks. Il craignait qu’il soit fâché qu’il ne lui donne pas 100% de son énergie. Dès que Tom arrivait chez Jim pour composer, celui-ci cachait donc sa blonde, Stevie Nicks, dans le sous-sol.

Stevie Nicks avait un album bien correct, mais sans hit majeur en vue. De son côté, Tom Petty venait d’écrire Stop Dragging my heart around, mais il n’était pas encore certain de son potentiel commercial. Le producteur a persuadé Petty que la chanson n’était pas pour lu et il a pris les tracks en secret pour faire chanter Stevie Nicks par-dessus (comme un duo). La chanson est parue sur l’album Bella Donna de Stevie Nicks et avec le succès commercial qu’on lui connaît, elle a mis beaucoup d’ombre sur l’album de Tom Petty qui est sorti au même moment.

La chanson est devenue un trèèès gros hit et a nui au succès de l’album Hard Promisses de Petty.

Tom et Jimmy Iovine ont été brouillés pendant un bon moment, mais Petty a éventuellement réussi à prendre cette situation avec un grain de sel, en disant que les droits d’auteurs lui avaient permis de s’acheter une maison.

La vidéo de leur performance a été la 25e à jouer le premier jour de l’ouverture de la chaîne MTV, le 1er août 1981.

L’histoire est racontée par ceux qui l’ont vécue dans le documentaire The Defiant Ones, mettant en scène Dr Dre (NWA, Eminem) et Jimmy Iovine (John Lennon, Bruce Springsteen, U2, Gwen Stephani), les deux producteurs associés qui ont vendu les écouteurs Beats à Apple pour 300 milliards de dollars en 2015, le plus gros deal de l’histoire de l’industrie de la musique.

Vous aimerez également