Culturel

COPENHAGUE: ma nouvelle ville de rêve

Il y a des choses que Iohann et moi nous disons sur l’oreiller que je ne prends pas nécessairement au sérieux!

Lui, par contre, se souvient de tout! Et puisqu’il est pour moi l’homme le plus romantique au monde et que nous nous sommes dit un jour -sur l’oreiller- que nous devrions tenter de visiter les plus belles villes du monde, il a sauté sur l’occasion cet été de nous emmener toute la famille Copenhague, au Danemark.

Pourquoi Copenhague avec les enfants? Parce qu’il y a là l’un des plus vieux et des plus beaux parcs d’attractions au monde, que son zoo est hyper moderne et parce que l’auteur des plus beaux contes pour enfants y a vécu. Et pour les parents? Parce que c’est l’une des villes les plus cool d’Europe grâce à son architecture et à sa gastronomie qui font d’elle l’une des destinations les plus recherchées. On y trouve des restos parmi les meilleurs de la planète! Les Danois ont su intégrer le design ultra moderne aux bâtisses tout en gardant leur cachet historique. Pensez à une ville qui ressemblerait aux plus belles rues du Vieux Montréal, mais en continu. La ville est magnifique partout et rien ne vient briser son intégrité.

Et pourquoi Copenhague en été? Parce que la ville est si au nord que le soleil y brille jusqu’à 22h en juillet (l’hiver, le last call des rayons est à 15h). C’est donc le meilleur moment de la parcourir avec les enfants en vélo comme le font les habitants quotidiennement. Les Danois sont extrêmement actifs et puisque l’horizon est très très plat, le tiers des gens se rendent au travail en vélo. On peut louer une bicyclette à tous les coins de rue et même à l’hôtel, on nous offre de nous siffler un taxi ou nous remet les clés d’une bécane pour la journée! Les plus jeunes comme Mila ont droit au transport parental grâce aux Christiania Bikes, les bicyclettes de livreur, grandement utilisées là-bas tant pour balader sa progéniture que pour transporter sa nourriture ou son meilleur ami canin!

Stroget

Pour ceux qui préfèrent marcher, la rue piétonnière Stroget est la première destination à voir. Même si c’est très joli, j’avoue que la fouineuse en moi fut déçue de réaliser à quel point la mondialisation a rendu les avenues shopping peu singulières. Toutes les villes offrent Zara, H&M, Mango et cie. On aime bien, mais il est vraiment difficile d’être dépaysé en magasinant aujourd’hui! Les enfants ont par contre eu le plaisir de découvrir les plus grandes boutiques LEGO, qui est une société danoise. De mon côté, j’ai enfin trouvé la boutique de design Nordique Hay, un heureux mélange d’objets déco, d’articles de cuisine, de literie et papeterie aux lignes pures.

New Harbour: nautique et nordique

Pour un espace un peu plus nautique, rendez-vous à New Harbour. J’y ai j’ai pris les plus beaux clichés du canal enjolivé par les colorées maisonnettes des 17e et 18e siècles, pendant que mes filles dégustaient leur crème glacée (la meilleure au monde selon elles) chez Vaffelbageren qui fait ses glaces et ses cornets maison depuis 1920. C’est un paradis pour les parents d’enfants allergiques puisqu’ils ont la liste des ingrédients à portée de main.

Quelques minutes de marche et on se retrouve dans la Mecque de la gastronomie. Le tout nouveau pont piétonnier cyclable coloré nous offre deux directions à prendre après avoir apprécié le charme des maisons sur l’eau et avoir rêvé quelques instants qu’on y déménageait.

Vers la gauche, c’est la visite du Corve Halle, un regroupement de petits restos de rue absolument originaux. On y mange dedans ou dehors, après avoir fait un voeu dans l’arbre à souhaits ou chevauché des oiseaux géants.

À droite du pont, on se dirige vers les restos les plus étoilés de la Scandinavie. J’avais ma liste de recommandations de la plus grande amoureuse de Copenhague, la journaliste de La Presse Marie-Claude Lortie qui m’avait suggéré (bien malgré elle) de ne pas emmener mes jeunes enfants chez Noma, l’un des meilleurs restaurants du monde. La cuisine moléculaire peut y être beaucoup trop étrange (et dispendieuse) pour les petits. Elle nous a plutôt suggéré le nouveau petit frère de Noma, le 108. Côté déco, j’étais sous le charme. Les plats sont magnifiques, bien que très avant-gardistes pour les jeunes palais (et les moins jeunes aussi!) Ici, ça goûte la forêt. On assaisonne de fenouil, de pin, de fleurs, de truffes et de… pesto de laitue au goût légèrement gazonneux. Le voyage et l’aventure, c’est aussi dans le palais que ça se passe!

Le lendemain, nous avons plutôt opté pour la 14e meilleure pizzeria au monde, selon le guide Where To Eat Pizza: Chez Bæst. Ce repas restera l’un des meilleurs souvenirs pour nos papilles. Elle est effectivement la best! Les filles y sont allées avec leur choix habituel, la margarita, tandis que j’ai opté pour une chanterelles, fenouil et mozzarella absolument divine.

 

Avant de partir, il fallait aussi visiter un autre resto qui figure parmi les plus étoilés de la Scandinavie. En face du renommé Relæ, malheureusement fermé pour les vacances, le Manfreds est probablement le seul restaurant de légumes reconnu pour son tartare! Le personnel est d’ailleurs très fier de nous parler de leur nouvelle ferme qui fournit tous les aliments ou presque utilisés par l’établissement. Il faut dire qu’à Copenhague, les restos font presque tous leur pain maison et servent des aliments soit bios ou issus de leur ferme (même la pizzeria a sa propre ferme pour les charcuteries). On y voit un vrai mouvement de retour aux sources.

J’avoue d’emblée que je trouve que Montréal regorge de restaurants dont la cuisine est tout autant agréable. J’ai beaucoup pensé à nos établissements préférés d’ici comme le resto qui sert le mieux les légumes, le Vin Papillon sur Notre-Dame, l’italien inventif Nora Gray sur Saint-Jacques ou La pizzeria Bottega dans la Petite Italie. J’ai pensé aussi à notre canal Lachine et j’ai réalisé que je n’y avais jamais emmené les enfants pour une aventure à vélo. Ce voyage m’a donné envie de me laisser surprendre encore par la beauté de ma propre ville, avec les gens que j’aime le plus. On enlève les cônes et on commence au printemps?

Partager cet article

Vous aimerez également