logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest

Émilie Bibeau: Coeur vintage, un baume pour les coeurs scratchés!

Attention! Un incontournable de la rentrée à se mettre sous la dent!

L’automne commence à s’installer bien confortablement et amène son lot de nouveautés à dévorer sans modération au coin du feu, emmitouflée dans une doudou bien chaude, buvant un chaï à la citrouille! Parmi les petits nouveaux sur les tablettes, vous voudrez assurément mettre la main sur le tout premier livre d’Émilie Bibeau (oui, oui, la comédienne qu’on peut voir tant au petit écran, au cinéma, qu’au théâtre!) qui nous dévoile pour la toute première fois ses talents littéraires dans un magnifique ouvrage dédié aux coeurs scratchés qui chercheraient un baume pour panser leurs blessures!

Après avoir été le sujet d’une série de chroniques à l’émission Plus on est de fous, plus on lit sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première et avoir été adaptés pour le théâtre, les mots consolatoires d’Émilie sont enfin rassemblés dans ce carnet intime à garder près de soi comme un objet précieux. Drôles, touchantes, attachantes, les réflexions de la comédienne et autrice tissent une trame aux accents autobiographiques où l’humour vif et une savoureuse dérision tranchent sur les ombres de l’angoisse et la nostalgie des choses en allées.

Un objet de beauté où on sent la vie qui bat à chaque page!

Émilie, pourquoi le titre «Coeur vintage»?

C’était une façon de présenter et d’englober toutes les chroniques et de mettre des mots sur un coeur sensible ou qui ne se sent pas vraiment appartenir à son époque. L’idée d’un coeur qui a vécu aussi! Mais, ce n’est pas une façon non plus de condamner mon époque, parce que je l’aime et ce n’est pas du tout l’apologie du passé. C’est juste que c’était une façon de dire que c’est un coeur qui, parfois, n’est pas en phase avec son époque dans laquelle, souvent, on condamne ou on juge les gens rapidement. C’est également un coeur hypersensible et très à l’écoute de ce qui est autour de lui.
Ce projet a commencé par des chroniques à la radio. Il y a ensuite eu l’adaptation au théâtre, puis il s’est finalement terminé en petit carnet intime que l’on peut garder avec soi. Quel chapeau te remplit le plus de fierté?
Les trois ont constitué une expérience surprenante! Je n’ai jamais pensé que j’écrirais des chroniques d’autofiction qui seraient lues à la radio, comme je n’ai JAMAIS pensé que ça deviendrait un spectacle solo au théâtre. Je n’ai surtout pas pensé que ça allait devenir un livre ultimement (rires)… Donc, on dirait que c’est l’ensemble du processus et du chemin étonnant qui me rend très fière. C’est sûr que le livre est un objet qui va demeurer et qui est un témoin concret de tout ce travail-là! L’idée d’un livre est venue alors que je faisais la pièce de théâtre à La Licorne. Les spectateurs, en sortant de la pièce, me demandaient s’il y avait un endroit où ils pouvaient réentendre des citations, se noter des phrases ou lire le texte. Le commentaire est revenu souvent et La Licorne m’a déjà appelée, parce que les gens voulaient avoir accès au texte. Je l’ai donc imprimé, après avoir eu quelques offres pour le publier.
Tu trouves beaucoup de réconfort dans les mots des autres. Qu’est-ce que ça te fait de penser que, cette fois-ci, ce sont les gens qui achèteront ton livre qui trouveront le réconfort dans tes propres mots?
Ça me fait tellement plaisir! Je l’ai un peu fait pour ça, de toute façon (rires)… J’avais en tête l’idée d’un livre «baume pour le coeur et l’esprit». Je pense que la facilité à communiquer ses failles ou ses faiblesses peut vraiment faire une connexion super intéressante avec les autres. Je crois beaucoup que notre lien avec les autres, c’est ça qui nous nourrit dans la vie. Comme tu dis, c’est sûr que, pour ma part, je l’ai trouvé spécialement dans la littérature, mais aussi dans mon entourage, dans mes amis, dans ma famille. Les livres que j’ai lus m’ont fait voyager, m’ont instruite, m’ont marquée. C’est de ça que je parle un peu dans le livre, mais c’est sûr que de penser que ça va peut-être faire du bien à d’autres gens, ça me réjouit grandement. Car, c’est un peu le but de l’opération! J’en parle dans le livre, mais je crois vraiment à ça, que nous, les humains, on doit se rassembler, se raconter des histoires et se partager notre vécu. Je crois vraiment que la clé se trouve dans le partage et la communication de ce que l’on vit, ainsi que dans notre capacité à bien nommer les choses aussi. C’est sûr que ça me touche beaucoup et j’espère que ça saura toucher les gens.
Les photos du livre sont magnifiques! Que préfères-tu chez Valérie Darveau, qui a fait les illustrations?
J’ai trouvé qu’elle a réellement bien saisi l’essence de ce que j’avais écrit. Je trouvais que c’était complètement en accord avec la pensée du texte, sa sensibilité; je trouve que ses dessins sont très sensibles, très délicats. C’est quelque chose dont on avait envie, la maison d’édition et moi, et on voulait que le livre soit un bel objet, que les mots soient source de réconfort, mais aussi l’imagerie. J’ai donc constaté qu’elle a une capacité à entrer dans mon univers qui était vraiment parfaite. J’étais tout de suite ravie de ce qu’elle avait proposé dès le début. Elle a aussi été très à l’écoute de ce dont j’avais envie pour le livre. Vraiment, je suis ravie de cette collaboration avec elle, alors que je ne la connaissais pas du tout avant cela!

Dans Coeur vintage, tu nous parles d’amour, de solitude, d’angoisse et d’espoir; le tout avec une touche d’humour et de tendresse… et une tonne de références à tes films préférés (rires)! Que souhaites-tu aux lectrices qui vont lire ton nouveau livre?

Je souhaite que ça les inspire, les réconforte ou que ça les fasse rire, que ça devienne comme un petit moment à soi précieux. J’espère que ce sera l’effet engendré! Je voulais que ce soit une lecture douce, tout en étant nourrissante et divertissante. J’espère vraiment qu’elles le sentiront comme un baume. Je ne sais pas si mes références feront écho chez d’autres personnes, mais je me dis que ça peut aussi inspirer du monde à aller voir de leur côté ce qui les nourriraient, ce qui les inspireraient à être vigilants à ce qu’il y a autour… Aussi, ça peut tout simplement être un divertissement! Chacun est bien libre de le prendre au niveau qu’il le veut. Parfois, il y a des oeuvres dans nos vies qui arrivent et, dépendamment du moment auquel elles arrivent, ont des résonances différentes.

J’ai été marquée dans le livre par une phrase: «La vie, c’est beaucoup de quotidien». Une chose est sûre, avec la pandémie, notre fameux quotidien a été chamboulé… Qu’as-tu fait pour occuper ton quotidien, sûrement rempli d’Apérol Spritz (rires)?

Oui, il y a eu beaucoup d’apéros (rires)! Eh bien, j’ai eu un gros déménagement pendant la COVID. Après, il a fallu que je m’installe et tout. J’ai eu beaucoup d’apéros-Zoom et de soupers FaceTime au début de la pandémie. Après, au niveau du doublage et des voix, le travail a finalement repris assez rapidement, au mois de mai. Donc, j’ai quand même eu un petit retour au travail tôt. Je n’ai donc pas été en isolement complet très longtemps. J’en ai profité pour m’installer tranquillement au début… Mais, j’étais un petit peu paralysée quand la pandémie est arrivée. Je n’avais pas trop envie de lire, ni d’écrire. On dirait que j’étais subjuguée par ce qui se passait. Même le livre était supposé sortir au début du mois d’avril… Bref, tout a été chamboulé dans ma vie, donc j’étais un peu figée. Pendant ce temps-là, il y avait quand même des gens qui mouraient, donc c’était difficile. J’ai eu très envie de prendre soin des gens que j’aime par téléphone, Zoom, FaceTime et compagnie. C’est beaucoup ça qui a occupé mon quotidien!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Je suis un gros cliché qui s’étire, j’aime toujours autant les apérol spritz! 🍹

Une publication partagée par Émilie Bibeau (@labibette) le

Coeur vintage est ton premier livre. As-tu eu la piqûre pour en écrire un deuxième?
J’aimerais ça! Je n’en ai pas un en chantier en ce moment, car je viens de finir tout le processus… C’est sûr que c’est un processus le fun, l’écriture, aussi pour nous, les comédiens. Parce que lorsque l’on est seulement interprètes, on dépend de qui nous engage ou ne nous engage pas. Un petit projet à soi, que l’on porte, qui nous ressemble, qui est vraiment notre univers, qui nous appartient, dont on a le contrôle, ça fait du bien d’avoir ça dans une partie de notre vie. J’ai donc vraiment aimé ça! C’est aussi un moment de recueil, une petite bulle qui fait du bien. Je ne sais pas quelle forme ça prendrait, pour un prochain livre… Je ne sais pas si j’irais complètement dans de la fiction. La poésie, c’est un genre qui m’attire aussi. Ça reste donc à voir, mais ça me tente!
Sinon, qu’est-ce qui s’en vient pour toi dans les prochains mois?
C’est un peu flou… J’ai des projets de théâtre qui ont été suspendus ou reportés à plus tard, mais ce n’est pas confirmé vraiment… J’ai joué dans le film Le Club Vinland de Benoît Pilon, avec Sébastien Ricard, Rémy Girard, Fabien Cloutier, François Papineau et une grosse gang. C’était supposé sortir à la mi-avril et ça a été annulé. Ça va finalement prendre l’affiche partout au Québec le 4 novembre prochain! Sinon, côté voix, je poursuis toujours mon travail, car les studios sont ouverts et vous pouvez toujours m’entendre dans The Family Guy, car je double Meg. Pour tout le reste, c’est encore assez flou, incertain et suspendu dans l’air!
Coeur vintage, qui paraît aux Éditions Cardinal, est disponible dès maintenant (19,95$) en ligne et en librairie!

À lire aussi:

La bouche pleine: Un roman mordant à dévorer sans attendre

Crédit photo: Maude Chauvin
Étiquettes : , , , , ,

Émilie Bibeau: Coeur vintage, un baume pour les coeurs scratchés!