Vivre

De bébé à bambin. Évoluer au rythme de son enfant

bebe-bambin_cover

Ça fait quelques mois que ça se prépare. J’ai d’abord refusé de voir les signes, mais ils sont de plus en plus nombreux. Je ne peux plus les ignorer. Il a d’abord arrêté de boire au sein, puis il s’est mis à chanter les berceuses avec moi. Il essaie maintenant de s’habiller seul et cet après-midi, il a voulu marcher à côté de la poussette au retour du parc. Bientôt, il aura son grand lit et nous entamerons l’apprentissage de la propreté, la dernière étape de son passage de bébé à petit garçon. Je dois me rendre à l’évidence, mon bébé, mon petit dernier, a bien grandit.

J’ai pourtant l’impression d’être encore une nouvelle maman. Même après deux enfants, 35 mois d’allaitement et des milliers de kilomètres de poussette, j’ai toujours le sentiment d’avoir encore tout à apprendre. Et pour cause! Chaque fois que je maîtrise une étape, une nouvelle s’amorce. On dit que la vie, c’est le mouvement et rien n’est plus vrai avec des enfants.

Bien que les deux premières années avec des enfants soient les plus difficiles côté sommeil et microbes, ce sont celles que je craignais le moins. Je suis une maman de bébés. J’ai su dès leur naissance les soins à apporter à mes enfants. Je me suis (presque) levée avec le sourire pour les boires de nuit et j’ai chéri chaque seconde passée dans ma chaise berçante. J’étais en mode super héros; en un clin d’oeil, je pouvais satisfaire aux besoins de mes enfants et ma seule présence pouvait suffire à ensoleiller leurs journée. Mes poupons dépendaient entièrement de moi et j’étais très à l’aise avec ça.

Aujourd’hui, mes cocos développent leur personnalité. Il leur arrive de me dire non. Ils explorent le monde avec leurs propres yeux. Je suis aujourd’hui une maman de bambins et ça m’effraie. J’essaie tant bien que mal de redéfinir mon rôle, mais je suis plutôt perdue. J’aimerais être encore le centre de leur univers, mais ce sont eux maintenant autour de qui tout gravite. Ils se créent chacun leur propre monde (heureusement j’en fais partie) et y ajoutent des éléments au fil de leurs découvertes.

bebe-bambin_1

Je ne peux plus me contenter de répondre simplement à leurs besoins physiques et affectifs, je dois maintenant les guider et les outiller pour leur donner les meilleures chances d’être heureux. Vous me direz que cela s’amorce dès le berceau et je suis bien d’accord avec vous. Cependant, maintenant, je dois tenir compte de MULTIPLES facteurs, pour mener à bien mon importante mission. Je n’ai plus la totalité du contrôle sur mes bambins. Je dois trouver la place qui me revient, c’est-à-dire être là au bon moment et leur laisser assez d’espace pour qu’ils apprennent de leurs erreurs. Je dois avoir confiance en eux afin qu’ils aient à leur tour confiance en leurs capacités. Je dois les aider à développer leurs forces et à travailler sur leurs faiblesses. Surtout, je ne dois pas leur inspirer une trop grande peur de l’inconnu afin qu’ils ne craignent pas de plonger tête première dans des projets qui les animeront. Ça, je crois, ce sera mon plus grand défi. Je suis une maman poule.

bebe-bambin_2

L’été qui s’en vient sera un moment charnière puisque mon bébé aura deux ans et que je deviendrai officiellement une maman d’enfants. Les balades en poussette feront place à des parties de cachette. Nous apprendrons à faire du vélo et les châteaux de sables seront de plus en plus beaux. Je n’aurai plus personne à bercer, mais plutôt des genoux à soigner.

L’été suivant, je préparerai l’entrée à l’école de ma grande. Une autre grande étape. D’autres apprentissages. Pour elle comme pour moi. Est-ce que j’arriverai à l’aider pour les devoirs? Aura-t-elle des amis? Comment gérer l’échec s’il survient?

Deux ans plus tard, alors que je me serai adaptée à la réalité scolaire, mon bébé fera à son tour son entrée dans le système. Autre enfant, autre défi. Est-ce que tout sera à recommencer?

Être maman, c’est regarder évoluer son enfant en le soutenant, sans le retenir, et tenter tant bien que mal d’évoluer au même rythme que lui. Un jour, certainement, je n’aurai pas suivi la cadence et je serai dépasée, out! Ce sera l’adolescence qui pointera le bout de son nez! Parlant de nez… Je vous laisse, j’en ai un tout petit à moucher. Pour l’instant je suis encore utile, autant en profiter.

Mamans d’expérience, dites-moi, arrivez-vous à suivre le rythme de vos enfants?

bebe-bambin_3

Partager cet article

Vous aimerez également