Tendance

Des grillons pour pitous… et bientôt pour nous?

Cette année, j’ai eu la chance de travailler avec de grands chefs québécois et un nutritionniste. À quelques reprises, j’ai entendu parler de «la protéine de demain»: les insectes. Et puis… j’ai fait du déni. Wow! Une belle alternative aux protéines animales. Moi qui aime manger et découvrir de nouvelles saveurs et textures, je ne suis pas rendue là. Je suis allée en Asie et non, je n’ai pas regardé avec appétit les multiples présentoirs de petites et grosses bibittes sèches ou vivantes. Impossible. Pour moi, insecte rime avec intrusions inattendues… dans ma maison, ma valise ou sur moi. Toutefois, ils font déjà partie prenante de l’alimentation de bien des populations. En Amérique du Nord, on accuse un petit retard! Il faut le dire! On n’est pas pressé!

Plein de protéines et faible empreinte écologique

Les qualités nutritionnelles et environnementales des insectes ont été vantées plus d’une fois. On est dans une impasse écologique mondiale au niveau de l’alimentation. Il faut passer en mode action. Ce n’est pas pour rien qu’on essaie de plus en plus de se (et de nous) convertir aux protéines végétales. Et heureusement/malheureusement pour nous, une solution recommandée par l’Organisation mondiale de la santé… c’est l’élevage d’insectes. De la protéine, «en veux-tu, en v’la»! Évidemment, ce n’est pas demain la veille qu’on retrouvera des bibittes dans notre assiette, comme nos traditions culinaires ne nous ont pas encore habitués à ça. On s’entend qu’avant que je glisse un insecte volontairement dans ma bouche, il y a toute une ribambelle de règles d’élevage, de salubrité, d’éthique et compagnie qui devront être écrites et appliquées (avec preuves tangibles à l’appui). Mais bon, ouvrons nos œillères dès maintenant, pour être réceptifs le moment venu!

Les grillons, une collation de rêve pour vos toutous

Selon la compagnie québécoise Wilder & Harrier, élever des grillons requiert approximativement 12 fois moins de ressources que la production du boeuf, surtout en termes d’eau et de nourriture. Spécifiquement, chaque livre de boeuf que nous mangeons a eu besoin de plus de 9000 litres d’eau à produire, alors que la même quantité de grillons n’a besoin que d’environ 4 litres d’eau – plus de 2000 fois moins! Ils nécessitent également beaucoup moins d’espace, dont notre planète commence à manquer, et émettent considérablement moins de gaz à effet de serre – 100 fois moins que le boeuf ! C’est fou non?

En attendant d’être fin prête à ce genre d’alimentation moi-même, ce sont mes chiens Hector et Jamie qui ont été les cobayes des supers récompenses d’entraînement à base de poudre de grillons conçues par Wilder & Harrier. Leur mission : préparer la nourriture la plus saine pour nos animaux de compagnie et pour la planète en utilisant seulement des ingrédients entiers, de qualité humaine, et savoureux, d’une manière entièrement responsable. […] Nous voulons mener la transition vers un système alimentaire abondant et durable en amenant au marché de la nourriture pour animaux de compagnie éco-responsable pour marché de masse. Quelle belle initiative! Wilder & Harrier est la seule entreprise québécoise à offrir ce genre de produits.

Sans grains, soya ni produit animal, ces grignotines à base de poudre de grillons sont hypoallergènes et écoresponsables à produire. Ce que j’ai trouvé quand même cocasse, c’est que ces biscuits pour chiens (en forme de cœur) sont offerts en différentes saveurs, comme pomme canneberge ou bananes arachides. On dirait qu’ils veulent nous tenter! Quand je regarde la liste d’ingrédients, honnêtement, ça pourrait pratiquement être conçu pour nos boîtes à lunch: patates douces, pois chiches, levure de bière, extrait de romarin… et grillons. Mes chiens les ont dévoré avec appétit ! Leur texture est ferme et ils sont inodores. La collation parfaite pour pitous!

J’en veux… pour mes chiens!

Vous pouvez vous procurer ces «gâteries sans cochonneries» comme ils disent, en ligne ici. Sinon, pour trouver le point de vente le plus près de chez vous, c’est ici.

Et vous, seriez-vous prêts à intégrer les insectes à votre alimentation? Ex. : une bonne salade bocconcini, tomate et… grillons?

Partager cet article

Vous aimerez également