Culturel

Génération RBO

Je n’aurais jamais pensé un jour partager la scène avec Rock et Belles Oreilles. Surtout pas pour le Festival Juste pour rire! Il y a plus de 25 ans, j’étais comme les milliers d’ados, attendant patiemment leur nouvelle émission chaque semaine, achetant tous les disques et assistant à leur spectacles (j’étais comme plusieurs à la représentation 18 ans et moins du groupe au Spectrum).

En tant que chanteuse pop dans les années 80, j’ai eu ma part de parodies mais celle que j’attendais avec le plus de nervosité (et d’enthousiasme) était la leur, car se faire parodier par RBO, c’était passer ou casser et c’était surtout le signal que l’on existait désormais dans l’imaginaire collectif. Ce fut mon tour dans une revue de fin d’année, à être personnifiée par André Ducharme (avec la voix de Chantal Francke).

Bye Bye mon cowboy

Bye Bye mon G.I. Joe

C’est si dur d’être une agace

Même avec du rouge à lèvres dans face

Je jubilais!

Vite, je me suis empressée de les remercier avec ce petit clin d’œil, en empruntant le manteau fétiche de satin jaune à un membre de l’entourage pour le temps d’un cliché. L’affiche trône encore sur le mur des bureaux de la production.

mitsou_blouson-rbo

Fouler les planches après toutes ces années, avec André Ducharme, Bruno Landry, Guy A. Lepage, Yves P. Pelletier, le très attendu Richard Z. Sirois et les Pornflakes devant des milliers de fans en délire, a été un évènement à la limite du bouleversant.

On m’a demandé de reprendre les chansons de Chantal Francke, la seule et unique fille du groupe, qui est devenue auteure et attachée politique et qui n’a plus la tête à la ritournelle. Pour un soir, j’ai pu vivre dans la peau de LA fille de RBO. Quel thrill immense!

Pendant les répétitions cette semaine, mon esprit faisait des flammèches en interprétant le grand hit de Mulo, Gros méchant loup, puis Érotico-mocheton, Arrête de boire et Le clown est triste en regardant mes idoles droit dans les yeux. Pendant ce moment unique, je réalisais peu à peu ce qui faisait le succès du groupe : le R de RBO, indique peut-être le mot Rigueur plutôt que Rock! Le travail acharné, la gâchette sur les détails, les gars ne prennent rien pour acquis, même après toutes ces années.

Sur la Place des festivals, ils se sont retrouvés pour revivre en quelques heures 30 ans de labeur, 30 ans d’amitié, de tumultes (comme tout bon groupe) mais surtout 30 ans à faire vibrer notre fibre humoristique nationale. En ce se soir magique devant une foule conquise, RBO signifiait Rappels, Bravos et le O? Ovations. Merci RBO!!!

Suivez-les sur YouTube et Facebook!

Partager cet article

Vous aimerez également