Culturel

Je suis une Millennial Mom

Crédit photo - Marie Faubert photographe Crédit photo - Marie Faubert photographe

Je suis née en 1978 et selon certains focus groups, je peux donc m’inscrire dans cette génération à la fois acclamée et décriée; la génération Y. Good! Je n’ai jamais voulu faire partie de cette génération X qui se dit sacrifiée, condamnée à vivre dans l’ombre de ses prédécesseurs baby-boomers. Je veux faire partie de ces enfants du millénaire, de ceux qui sont nés avec la technologie, de cette génération hyper connectée qui trouve des solutions originales aux problèmes actuels et voit l’avenir avec un certain optimisme.

Tous ceux qui cherchent à nous vendre quelque chose s’intéressent de près à cette cohorte de jeunes individus qui constituent désormais 25% de la population américaine et dont le pouvoir d’achat ne cesse d’augmenter. Selon le site millennialmarketing.com, les personnes de la génération du millénaire seraient nées entre 1977 et 2000, et le quart d’entre elles seraient désormais des parents.

Alors voilà, je suis une « millennial mom »… une mère de la génération Y. Une foule d’articles, principalement en anglais, s’intéressent à la façon dont les mères issues de cette génération se comportent, consomment, partagent, réfléchissent et se différencient de leurs prédécesseures. Je me reconnais dans plusieurs de ces caractéristiques, valeurs et comportements. Par exemple :

Les mères de la génération Y utilisent à fond les nouvelles technologies lorsque vient le temps de faire des achats. Elles comparent les prix, lisent les critiques et commentaires des autres utilisateurs, préfèrent les compagnies intègres et sont prêtes à payer un peu plus cher lorsque leur achat contribue à une cause sociale. Surtout, ces mères adorent répandre la bonne (ou moins bonne) nouvelle; leurs nombreux amis Facebook ou les lecteurs de leurs blogues sont très vite informés de leur satisfaction ou non-satisfaction envers un produit ou une entreprise. Je blogue, tu blogues, nous bloguons (une mère sur cinq aurait d’ailleurs son blogue perso! Je me sens très originale 😉 ).

J’agis tout à fait de cette manière. J’achète souvent en ligne, je me fie aux commentaires des autres usagers auxquels j’attribue plus de crédibilité qu’au bla-bla marketing des compagnies… Et si je peux, j’aime exercer des choix éthiques, écoresponsables; acheter bio, local, recyclé, durable.

Autre caractéristique des mères de la génération du millénaire (et je me retrouve tellement ici, ainsi que toutes mes amies mamans): elles refusent de se dissoudre dans la maternité : mère oui!… mais pas que ça. Nos identités sont multiples, elles vont même jusqu’à varier, alterner au sein d’une même journée! Nous passons de blonde à mère, à travailleuse, à mère, à amie, à mère, à fille-qui-s’entraine-et-ne-pense-qu’à-elle-deux-minutes! Nous sommes des êtres complexes, tout en contradictions, refusant les étiquettes et carcans et surtout, partout et en tout temps, au boulot ou à la maison, nous recherchons l’épanouissement! Nous voulons faire quelque chose de significatif, quelque chose qui donne un sens à notre vie. Nous voulons contribuer au bien être familial, mais aussi collectif. Et nous voulons sans cesse nous améliorer et évoluer. Beau programme ambitieux!

Embrasser le nouvel état de mère ne signifie plus qu’il faille dès lors renoncer à ce qui a façonné nos années de jeunesse. Nous réclamons haut et fort notre me-time, nous aimons encore sortir et voyager, seules ou avec les copines. La vie se vit aujourd’hui et maintenant! Nous n’attendrons pas le jour de notre retraite pour commencer à vivre, nous n’attendrons pas que les enfants aient quitté le nid familial avant de penser à nous, nous n’attendrons pas les conditions gagnantes pour démarrer une petite entreprise.

Parmi les choses que les mères de la génération Y font différemment, il y a aussi l’éducation des enfants. Nous serions plus décontractées que les mères des générations précédentes, plus aventurières aussi; ouvertes à la diversité et tolérantes. Et grâce aux femmes qui ont lutté avant nous et pavé la voie pour nous, nous sommes la génération de mères la plus éduquée de l’histoire de l’humanité. Indéniablement, tout ça finit par avoir une influence sur nos relations avec nos enfants.

Meremillineale

Pourtant, les enfants du millénaire font l’objet de nombreuses critiques de la part de leurs aînés; parents, professeurs et employeurs les ont souvent décrits de manière peu flatteuse. On les a qualifiés d’éternels adolescents, sans sens des responsabilités, de paresseux, de narcissiques, de politiquement analphabètes et ont dit qu’ils sont incapables de vivre sans leur téléphone intelligent. J’imagine que c’est ce qu’on appelle le fossé intergénérationnel; un changement de valeurs et de mode de vie qui entraine une mutuelle incompréhension.

Chose certaine, nous sommes loin d’être des parents plates qui ne font que travailler et qui envoient à leur progéniture l’image d’une vie terne et laborieuse; au contraire, nos loisirs sont variés, nos week-ends sont festifs, nos amis sont omniprésents et nos voyages éclectiques et dépaysants.

Je me demande bien contre quoi nos ados pourront bien se révolter dans quelques années… Mais ça, il faut s’y préparer de toute manière. Ils trouveront comme toutes les autres générations précédentes le moyen de reprocher tous leurs malheurs à leurs parents chéris!

Bon, là-dessus, je vous laisse. Je vais aller demander à ma fille qu’elle m’explique encore une fois le fonctionnement de Snap Chat et Pokémon Go, car que voulez-vous, parfois, ça paraît que j’ai 38 ans!

Et vous, êtes-vous une Millennial Mom?

Partager cet article

Vous aimerez également