Vivre

Je veux juste être

jeveuxjusteetre

Je suis zéro compétitive. Tranche de vie: quand j’étais enfant, je faisais partie d’un club de compétition de gymnastique. À la fin d’une compétition, j’étais ravie d’être arrivée en 4e position parce que la fille de l’autre équipe avec qui j’avais fraternisé tout le weekend voulait tellement la médaille de bronze et qu’elle l’avait reçue grâce à ma moins bonne performance.

J’aimais la gym pour l’esprit de famille, pour l’esprit de gang. J’aimais qu’on se tresse les cheveux mutuellement avant les compés. J’aimais l’entraide et les encouragements qu’on se prodiguait. Mais les médailles, les classements, les rivalités, j’en faisais complètement abstraction. Et zéro égo en plus. Une fois, je me suis enfargée dans le cheval-sautoir et mon saut a plus ressemblé à une cascade de Jackie Chan qu’à autre chose. Qu’à cela ne tienne, j’ai demandé aux juges de faire tourner ma note pour que mes parents puissent la voir: j’avais 0.00 et je savais que mon père apprécierait le drôle de la chose. Mes parents et l’éducation qu’ils me donnaient y étaient pour beaucoup. Ils m’encourageaient toujours à avoir du plaisir, à faire attention aux autres. Le faire et l’avoir m’ont toujours été présentés comme beaucoup moins importants que l’être.

Ces principes ont guidé ma vie et influencé mes choix beaucoup plus que je ne l’aurais pensé et c’est maintenant que je m’en rends compte. J’ai choisi d’étudier en histoire. Parce que j’aimais ça passionnément. Parce que je voulais comprendre l’histoire du monde au grand complet. C’était pour moi un besoin viscéral. Je n’avais aucun plan de carrière. Je faisais confiance à la vie. Je me faisais confiance, quelque part. J’imaginais que j’aurais bien le temps ensuite d’aller me chercher d’autres diplômes (en comm, en droit, en éducation, etc.), des formations plus payantes comme on dit.

Mais j’ai plutôt suivi mon instinct et décidé d’avoir des enfants avec l’homme que j’aimais. J’en ai eu deux à 16 mois d’intervalle. Là encore, j’aurais pu choisir la voie plus traditionnelle et les envoyer au CPE à côté de chez nous où j’ai rapidement eu une place et intégrer le marché du travail. Mais je n’arrivais pas à savoir pourquoi je l’aurais fait. J’avais envie d’être auprès d’eux jour et nuit. J’avais envie de les voir jouer au parc, j’avais envie d’aller dans des ateliers d’éveil et de chanter des chansons avec eux. J’ai dormi avec eux, je les ai allaités longtemps, je les ai portés comme des bébés kangourous, comme des bébés koalas. Et tout ce qui se serait mis entre eux et moi aurait été de trop, aurait été faux, aurait été inauthentique. Je n’avais pas le goût de faire, je n’avais pas le goût d’avoir… Je voulais être. Et à ce moment-là de ma vie, ça voulait dire être près de mes bébés.

Crédit photo - Marie Faubert photographe

Crédit photo – Marie Faubert photographe

Aujourd’hui, je me connais un peu plus, un peu mieux et je vois les valeurs qui ont guidé ma vie. Je vois les principes éducatifs transmis par ma famille et je comprends mieux mes coups de cœur et mes aversions quand je rencontre de nouvelles personnes. Je sais aujourd’hui que mes amies, mes proches ont été choisis pour leur qualité de cœur, leur empathie, leur générosité, leur authenticité. Je sais que je me sens mal et que je fuis lorsque je rencontre des gens compétitifs qui ressentent le besoin de me faire sentir mal par rapport à mes choix de vie. Il m’est arrivé d’être gênée, intimidée devant certaines personnes (et je parle ici de femmes, principalement) parce que je ne suis qu’une femme au foyer. Maintenant, je sais que ça ne m’appartient pas, que je n’ai pas à être gênée. Je n’ai qu’à changer d’interlocuteur et tout va bien! Désolée, je ne compétitionne pas; je laisse la première place à qui la veut. I don’t have it all: la belle famille, la belle carrière, la belle maison… Je pense que les femmes peuvent tout faire, mais moi, je ne veux pas tout faire en même temps, je ne veux pas tout faire vite et je ne veux surtout pas tout faire pour plaire ou impressionner. Je veux juste être.

Meremillineale

Partager cet article

Vous aimerez également