Vivre

La boucle

laBoucle

Je ne sais pas pourquoi, mais d’aussi loin que je me rappelle avoir commencé à fréquenter des hommes, une fois la relation terminée, je les voyais toujours se repointer le bout du nez afin qu’on s’essaie de nouveau. Très souvent (en fait, TOUT le temps), après avoir essuyé mes larmes et m’être reconstruite, je n’y retournais jamais. Je suis faite comme ça que voulez-vous. Tandis que je travaillais fort pour regarder vers l’avant, je ne me sentais jamais très à l’aise de revenir me blottir contre mon passé, même s’il fut, à un moment de ma vie, plus que confortable.

Pourquoi les hommes reviennent-ils? Dernièrement, je suis allée prendre un verre avec un ami. Je lui ai exposé mon drôle de schéma et je lui ai demandé : Pourquoi revenez-vous? Il m’a répondu qu’ils revenaient souvent parce que la relation avait été facile. Qu’ils avaient tendance après coup à se rappeler les bons moments et non ceux qui avaient été les raisons de mettre un terme à la relation. Ben coudonc.

C’est ce qui m’est arrivé il y a quelques semaines. Sorti de nulle part, je reçus un texto d’un numéro inconnu : J’ai lu un bel article te concernant. J’espère que tu vas bien.

Ne sachant pas de qui ça venait, je répondis : Un grand merci! Mais t’es qui? Et il répondit : ouain, tu dois m’avoir enlevé de tes contacts. Et c’est là que j’ai compris qui il était. Il m’offrait de me revoir. Nahhh… pas question. Moi je suis rendue ailleurs mon ami! Je ne retourne pas dans mes vieilles bébelles.

Mais c’est qu’il était tenace mon beau bonhomme. Il me texta tous les jours pendant un mois et demi. Rien de harcelant là… Des fois, juste un passe une bonne journée ou un petit bonhomme sourire. Un moment donné, j’ai eu un moment de faiblesse ou appelez ça comme vous voulez… J’ai dit oui pour une rencontre. De toute façon, mon idée était faite. J’y allais à titre exploratoire, pour savoir pourquoi il était parti et pour lui dire comment je m’étais sentie après son nébuleux départ. J’me suis dit que ça allait m’en apprendre un peu plus sur moi et que c’était surtout moins cher qu’un psy.

Après avoir soigneusement choisi mes vêtements et après m’être savamment maquillée et coiffée (j’ai même ressorti mes vieux rouleaux), c’est une Sylvie sortie tout droit d’un magazine de mode qui arriva au restaurant. Car oui, on fait ça nous les filles… Lorsqu’un ex revient dans le portrait, on veut absolument lui montrer à quel point nous sommes belles, à quel point il a été con de nous laisser tomber. Un peu comme quand un chien fait son gros besoin sur le tapis du salon, on veut lui mettre le nez dedans pour qu’il comprenne qu’il ne doit plus JAMAIS faire ça. À ce moment-là, ce n’est plus nous qui nous exprimons, mais bel et bien notre ego qui avait jadis été un peu abîmé par le monsieur.

Je le trouvais encore beau. C’est drôle, car je ne me souvenais plus de sa voix et dans ma tête, il était plus grand. Nous avons passé une soirée agréable à nous raconter notre année. Je le trouvais cool. Devant moi, c’était un autre homme. Beaucoup plus ouvert, beaucoup plus communicatif, ce n’est pas l’homme bourru que j’avais rencontré un an plus tôt. Non, celui-là, il était différent. Je lui ai demandé pourquoi il était parti et il m’a répondu : J’ai eu peur et j’ai été lâche. Je sentais que tu voulais plus que moi et je ne me sentais pas à la hauteur pour te rendre heureuse. Il faut dire que la communication entre nous l’année d’avant n’avait pas été notre point fort. Je ne sais pas pourquoi, mais je m’étais mise dans la tête que si un homme s’intéressait vraiment à moi, il allait me poser des questions. J’étais donc dans un mutisme constant, n’exprimant aucun de mes besoins et accumulant un nombre incalculable de frustrations et celles-là, je les exprimais allégrement. Après un an de dating intense, j’en suis venue à une conclusion fort simple : un homme, ça ne pose jamais de questions. Sauf si, bien entendu, vous êtes tombées sur un communicateur né. Mais sinon, c’est ben ben rare.

Le lendemain, il m’appela pour me remercier de la belle soirée et me demanda si nous pouvions recommencer. J’me suis dit: ben pourquoi pas. Je l’ai perdu une fois alors je n’ai plus rien à perdre non?

Et c’est ainsi que nous avons recommencé à nous fréquenter.

J’aimais être qui je suis avec lui. J’étais enfin moi-même. J’étais zen et oui on avait du fun. Mais ce ne fut pas assez il faut croire, car à un moment donné, il a recommencé ses bonnes vieilles habitudes de ne pas être disponible, d’annuler les rendez-vous et de répondre 4 jours plus tard à mes peu nombreux textos. Je pense avoir été parfaite, mais ça arrive des fois que ce que nous cherchons n’est pas ce que l’autre recherche aussi. Tsé, ça se peut être au même endroit, mais pas à la même place. Et savez-vous quoi? Ce n’est pas grave. C’est la vie.

C’est moi cette fois-ci qui mit fin à la relation. J’ai eu de la peine un peu. En fait, j’étais déçue d’être retournée dans quelque chose qui n’avait rien donné. Mais au lieu de voir ça ainsi bien longtemps, je me suis étonnée de constater que j’avais juste décidé de ne plus vivre dans l’attente. Ce fameux modèle qui avait été si longtemps le mien. Au bout du compte, je suis plutôt fière de moi, car j’ai bouclé la boucle, celle de toutes mes anciennes relations.

J’y suis enfin arrivée à mon plus grand bonheur.

 

Partager cet article

Vous aimerez également