Vivre

La fois où l’Univers a conspiré pour me faire rencontrer Jack Canfield

Crédit photo: jackcanfield.com

Il y a quelques années, je dévorais littéralement tous les livres qui existaient sur la croissance personnelle. Et je me rappelle que, dans l’un de ses bouquins, Jack Canfield nous encourageait à dresser la liste de nos désirs. Je m’étais prêtée au jeu en ajoutant comme souhait d’assister à l’une de ses conférences.

C’est ainsi que, deux ans plus tard, l’occasion s’est présentée. Par un curieux hasard, je suis tombée sur une infolettre qui ne m’était même pas adressée et j’ai vu passer la nouvelle:  Jack Canfield, en conférence à Montréal, cette semaine.

J’étais excitée au plus haut point. Je ne pouvais pas rater cela! Jack Canfield à Montréal! Wow!

Toutefois, cet événement arrivait à un bien mauvais moment, financièrement parlant. La fin des vacances, la rentrée scolaire, blablabla… En tant que maman monoparentale, j’avais un budget à respecter.

Faire comme si…

Ma bonne amie France et moi avions cette habitude bien à nous de jouer parfois la comédie, de prétendre être déjà en train de vivre telle ou telle situation.

Ainsi, nous avions décidé de faire comme si nous allions rencontrer Jack Canfield et nous nous esclaffions en disant:  Jack and Jackie. C’était même devenu le running gag chaque fois que nous nous croisions. (Nous travaillions pour le même employeur.)

Toutefois, bien que nous avions beaucoup de plaisir à faire comme si, le délai approchait et la réalité nous rattrapait. La culpabilité de me permettre une dépense non essentielle allait finalement l’emporter sur mon désir.

Quand l’inimaginable se produit

Nous étions jeudi soir et il se faisait tard. Je venais de raccrocher avec un ami après lui avoir raconté que France et moi n’irions pas, finalement, à la conférence de Jack Canfield. J’avais le cœur lourd. C’était vraiment trop injuste.

Soudain, je ne sais pas pourquoi, j’ai décidé de me connecter au site Internet de mon institution bancaire pour aller voir le solde de mon compte. Évidemment, je m’attendais à voir la même somme que celle vue plus tôt dans la journée et la veille. C’est quoi? J’espérais une multiplication des pains?

Eh bien, oui! Les pains avaient véritablement été multipliés à ma plus grande surprise! En fait, il y avait eu le dépôt d’un montant d’héritage que je m’attendais à avoir incessamment. Et l’Univers avait décidé qu’incessamment, c’était maintenant.

Je me rappelle m’être dit que tout cela était tout à fait surréaliste. J’avais l’impression de me retrouver dans l’un des livres de Joseph Murphy où la solution aux problèmes financiers de tout le monde est presque toujours l’arrivée d’un héritage. Pincez-moi quelqu’un!

Mais c’était bien vrai. J’ai donc immédiatement appelé France qui, vous vous en doutez, ne m’a pas crue car… elle pensait que je faisais semblant.   J’ai donc dû user de beaucoup de persuasion pour la convaincre.

Quand tout se met en place comme par magie

Le lendemain matin, j’ai appelé les organisateurs de la conférence à la première heure pour savoir s’il restait des billets (car l’événement avait lieu le soir même). On m’en a réservé deux. France a terminé de travailler plus tôt et nous sommes parties directement pour Montréal. Circulation fluide. Stationnement juste en face. Nous avons même été dans les premières personnes à entrer dans la salle, donc à choisir nos places. Quand ça va bien, ça va bien!

J’avais choisi des sièges dans la troisième rangée, un peu sur la droite. (J’y vais toujours par intuition quand il s’agit de choisir des places.)  Nous pouvions donc voir Jack de très près et vice versa.

C’est ainsi que, durant la conférence, il m’a pointée du doigt et m’a demandé:  «What’s your name?»   Euh… Jackie. Et lui de rajouter en riant:  «Jack and Jackie».

Invraisemblable! C’était comme si l’Univers venait de me faire la plus belle et la plus tendre des étreintes. On me confirmait que, là-haut, on nous voit et on nous entend réellement.

À la fin de la conférence, Jack mentionna qu’il signerait des autographes pendant 30 minutes maximum. En me levant de mon siège, je réalise que… Merdouille! Si j’étais la première à entrer, je suis la dernière à sortir!

Mais je suis assez ferrée en système D.  Je me suis donc faufilée discrètement comme une couleuvre entre les quelque 500 personnes; je suis passée à toute vitesse à côté d’un kiosque pour acheter n’importe quel livre et je me suis hypocritement glissée dans la ligne qui s’était déjà formée. On y a vu que du feu!

Dix minutes plus tard, Jack me dédicaçait son livre Focus. On peut dire que je n’ai pas manqué de focus dans cette histoire. (Sourire fendu jusqu’aux oreilles)

Cette anecdote me rappelle à quel point il n’y a rien de plus magique et merveilleux que l’Univers qui conspire pour notre plus grand bonheur.
Extrait tiré du Carnet de route pour manifester l’inattendu. Visitez jackiebhamilton.com.

Vous aimerez également