Vivre

L’âge de rien

Je vis ce qu’on pourrait appeler «la crise de la mi-trentaine». Vous en avez déjà entendu parler de celle-là? Peut-être l’avez-vous vécue vous aussi, à cet âge où à un autre moment. En ce qui me concerne, je viens d’avoir 35 ans et que c’est la première fois qu’un anniversaire, un chiffre, me trouble sérieusement.

Chaque fois que j’atteins un chiffre rond, tous les 5 ans, je fais une petite introspection. Je regarde où j’en suis rendue dans ma vie et par rapport à mes objectifs. Jusqu’à présent, j’ai toujours été alignée avec ceux-ci.

À 20 ans, j’étudiais à l’université, en traduction, un domaine qui me passionnait. J’ai ensuite décroché un poste dans mon domaine et j’ai eu la chance de me perfectionner auprès d’une traductrice chevronnée. Dans la jeune vingtaine, j’ai bâti ma carrière.

À 25 ans, j’emménageais dans la maison que mon prince charmant a construite. Bien que prenant, notre projet d’autoconstruction a été emballant et il a cimenté notre couple. Dans la mi-vingtaine, j’ai bâti ma maison.

À 30 ans, j’ai donné naissance à une petite fille. Je suis entrée dans l’univers de la maternité, un monde où il y a beaucoup à découvrir et à apprivoiser. Je m’y suis rapidement sentie à l’aise et deux ans plus tard, je donnais la vie à nouveau, cette fois à un garçon. Au début de ma trentaine, j’ai bâti ma famille.

Me voilà maintenant arrivée à 35 ans, à regarder tout ce que j’ai bâti et à regarder ce qu’il y a devant. Et devant, je ne vois rien. Rien de gros du moins. Ce que je vois, c’est une période de continuité. Je vais continuer de vivre dans ma maison. Je vais continuer d’élever mes enfants et de les regarder grandir avec fierté. Je vais continuer de traduire et de rédiger, j’adore ça. N’empêche qu’après 15 années de construction, c’est un sentiment bizarre que celui de laisser simplement la vie suivre son cours.

Alors j’ai décidé que le projet de ma mi-trentaine, ce serait moi. Au cours des 15 dernières années, j’ai accompli certes beaucoup de choses, mais entre les salles de classe, les visites trop nombreuses chez Home Depot et les couches à changer, je me suis un peu perdue.

Je me retrouve à 35 ans, ni jeune femme ni femme mature. Mes idées ont évolué, ma façon de voir la vie a changé. Je ne me reconnais plus tout à fait, j’ai besoin de me redéfinir. Qu’est-ce que je suis? Où je m’en vais? Qu’est-ce que je veux. Beaucoup de questions auxquelles je dois trouver des réponses. Le travail sur soi en est un qui se fait lentement et cela convient parfaitement au rythme actuel de ma vie de jeune pas si jeune mère de famille et de travailleuse autonome. Alors pendant que le reste de ma vie suit son cours, d’ici ma quarantaine, c’est moi que je vais rebâtir.

Avez-vous eu de la difficulté avec un âge en particulier?

Vous aimerez également