Vivre

L’amour, c’est comme le gluten

AmourGlutenUNE

Il y a toujours un moment dans la vie où l’on doit faire le point. C’est ce qui m’arrive en ce moment suite à une dernière déception amoureuse. Après avoir épongé un petit revers, mon moral et moi n’en menons pas large. Bon, cette désillusion n’est pas la fin du monde, mais additionnée à un paquet d’autres, elle m’a donné envie de faire un bilan.

C’est pour cela que je vous annonce officiellement que je prends ma retraite des dates et de la recherche de l’âme sœur. J’ai beau essayer, ça ne marche pas. À quoi bon continuer ?

J’avoue, le mot retraite est un peu exagéré. Mettons que je prends un temps d’arrêt. Ma mère vous dirait que c’est pour mieux rebondir. Moi, je vous dirais que j’ai besoin de reprendre mon souffle. Ce n’est pas la première pause que je prends. J’ai fait quelques arrêts après des tempêtes. J’utilise souvent cette tactique pour reprendre un peu le contrôle après avoir vécu de multiples tumultes et abus dans n’importe quelle sphère de ma vie.

Prenons le gluten par exemple. Il y a plusieurs années, alors que la mode du sans gluten n’existait pas encore, je suis allée voir une nutritionniste parce que je ne me sentais pas en super forme. J’avais beau suivre le guide alimentaire canadien (que j’avais même affiché sur mon frigidaire), manger mes 5 à 10 portions de fruits et de légumes par jour, m’entraîner trois fois par semaine et faire du jogging deux autres jours, je ne me sentais jamais bien. La nutritionniste m’a dit qu’il y avait sûrement quelque chose dans mon alimentation qui ralentissait mon métabolisme. La première chose que nous avons donc arrêtée fut le gluten, pour deux semaines. Après cette trêve, le constat fut percutant: j’avais perdu 13 livres en eau et en gras. C’était donc ça le problème! Ce fut difficile au début. Quand je me faisais une toast, il n’y avait jamais assez de grains pour moi. S’ils avaient fait du pain aux 50 grains, c’est clair que j’en aurais acheté! Mais la vague du sans gluten n’avait pas encore pris d’assaut nos épiceries à l’époque et j’ai dû commencer à faire mon propre pain. Je vous jure, il faut vraiment avoir envie de manger sans gluten pour faire ça. Ce n’est pas faisable et surtout pas mangeable.

La nutritionniste avait été très directe, je mangeais TROP de blé et autres glutenneries. Je devais faire une pause, donner un break à mon corps, et ce pour un temps. J’ai survécu à cette trêve pendant 3 ans, jusqu’au jour où je me suis dit qu’il serait temps de remettre un peu de gluten dans mon alimentation. Avoir une alimentation appropriée à mes besoins m’avait fait un grand bien. Je n’avais plus mal au ventre, ma digestion était devenue plus facile, mes articulations ne me faisaient plus mal et ma peau était devenue super belle, sans bouton. J’avais repris le contrôle de mon corps et j’ai pu faire revenir les pâtes tranquillement, à mon grand plaisir, mais cette fois-ci sans exagération.

J’ai aujourd’hui choisi de prendre une pause, mais cette fois du dating. J’ai fait des excès de rencontres dans la dernière année. Au début, c’était pour me prouver à moi-même que j’étais capable de vaincre ma timidité, ensuite c’était pour nourrir l’espoir d’un possible amour pis pour finir, c’était pour alimenter ce blogue.

Au cours de la dernière année, j’ai rencontré mon lot de taouins, mais j’ai aussi fait la connaissance de bons gars avec qui pourtant, je n’entrevoyais pas de relation sérieuse, et ce pour des futilités sans nom. Je n’ai pas rappelé un gars parce qu’il ne voulait pas d’enfant. Ce n’est pas que j’en veuille absolument, mais je me suis dit : mais si à un moment donné ça me tentait? Que vais-je devenir? Une fille triste et frustrée… Flushons ça tout de suite! Manifestement, j’avais trouvé une porte de sortie et je l’ai prise.

J’ai aussi laissé aller un gars parce qu’il portait une banane. Tsé, le genre de sacoche qu’on traîne autour de sa taille… Pis un autre parce que je n’aimais pas sa grosse chaîne dans son cou… Tsé, des affaires super difficiles à faire enlever. Tsé, quand finalement tu t’aperçois que ça ne te tente juste plus et que ton cœur est juste trop épuisé pour voir clair?

L’amour, c’est comme le gluten, et une pause s’impose. Mon âme et mon cœur ont besoin d’un répit. J’ai besoin de prendre un temps de recul, de reprendre le contrôle de mon cœur afin de retrouver mes lunettes roses. Peut-être que cela va durer quelques mois, peut-être même quelques années. Je ne me fixe pas de but, j’y reviendrai quand je sentirai que je serai prête.

Mais je ne vous laisserai pas tomber pour autant. Ne non, je vais vous parler d’autres choses, vous raconter d’autres aventures, mais en solo. Si ma vie amoureuse est pleine de rebondissements, n’ayez crainte, il en est de même du reste de ma vie.

Donc, rendez-vous la semaine prochaine?

Partager cet article

Vous aimerez également