Vivre

Le bulletin est rentré: Panique!

bulletin

Ça est y, vous venez de recevoir le deuxième bulletin de votre enfant. Deux réactions possibles: sourire ou grimacer. En effet, plusieurs mamans seront ravies de constater que les efforts ont payé alors que d’autres seront déçues. Mais comment bien réagir?

C’est la « cata »

Respirez un grand coup. Un mauvais bulletin, ce n’est pas la fin du monde. Inutile de punir votre enfant; il doit déjà se sentir coupable, voire humilié, de ses résultats décevants. Au contraire, soulignez ses bons coups, qu’ils soient scolaires ou non. Des commentaires comme «Tu as des difficultés en français, mais tu excelles en math. Bravo!» ou bien «Ça n’a pas bien été à cette étape-ci. Mais je sais que tu travailles fort. Lâche pas. Et n’oublie pas que tu as d’autres forces: tu es super bon au soccer et tu fais le meilleur gâteau au chocolat de monde.», sauront lui redonner confiance.

Encouragez-le à poursuivre ses efforts qui, un jour, seront récompensés. De plus, rien n’est perdu puisqu’il a jusqu’en juin pour se rattraper.

Mettre le doigt sur le problème

Il y a une énorme différence entre ne pas avoir obtenu des résultats satisfaisants et ne pas avoir fait ce qu’il faut pour réussir. Si vous savez que votre enfant ne s’est pas assez forcé, c’est le temps de remettre les pendules à l’heure.

Plusieurs raisons peuvent expliquer des mauvaises notes:

  • A-t-il vécu une situation stressante récemment comme un changement d’école, un déménagement ou votre divorce?
  • Éprouve-t-il des difficultés dans ses relations avec les autres?
  • Perd-il facilement sa concentration?
  • Voit-il bien au tableau?
  • A-t-il perdu sa motivation?

Passer en mode solutions

La première chose à faire, c’est de parler avec les enseignants de votre enfant. Une rencontre, téléphonique ou en personne, vous permettra de collaborer davantage avec eux. Ils pourront vous donner d’excellents conseils pour l’aider plus adéquatement et vous proposer, s’ils le jugent nécessaire, de consulter des spécialistes. De plus, demandez-leur les dates des évaluations à venir pour que vous soyez en mesure de mieux l’encadrer.

Les habitudes de vie sont étroitement liées à la réussite scolaire. Il est peut-être temps d’apporter quelques changements:

  • Une alimentation équilibrée et variée est associée à une meilleure performance à l’école. On ne le dira jamais assez: le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée. Impossible de retenir quoi que ce soit le ventre vide.
  • La pratique régulière d’activités physiques favorise la concentration. Pas besoin que votre fille devienne championne de gymnastique: bouger, juste bouger!
  • Le sommeil est essentiel à la mémoire et les besoins varient selon l’âge. À 5 ans, votre enfant devrait dormir environ 11 heures. Ensuite, la durée diminue de 15 minutes par an pour atteindre une moyenne de 8 heures vers 16 ans.

Vous aimeriez de tout votre cœur l’aider en français, mais vous vous sentez dépassée? L’embauche d’un tuteur est peut-être la solution.

Enfin, n’oubliez pas que vos attentes doivent être raisonnables. Ce n’est pas parce que vous aviez une moyenne générale de 92% qu’il a les mêmes capacités que vous.

Et si tout va bien?

Comme les bons coups, ça se souligne, pourquoi ne pas lui proposer une activité spéciale mère-fils ou mère-fille? Exprimez votre fierté tant pour ses notes que pour ses efforts. Mais rappelez-lui que l’année scolaire se termine seulement en juin. Ce n’est pas le temps de s’asseoir sur ses lauriers…

En terminant, bonnes ou mauvaises notes, ce qui compte, c’est que vous soyez là pour soutenir votre enfant et qu’il sache que les études, c’est important pour vous.

Cet article est une collaboration de Succès Scolaire, une entreprise offrant des services de tutorat partout au Québec. Obtenez 20$ de rabais en utilisant le code promo Mitsou.

Partager cet article

Vous aimerez également