Culturel

Le comédien

comedien-une

Je ne sais pas si je vous l’ai déjà dit, mais je travaille dans le domaine du spectacle. Il y a quelques années, deux amies et moi avons eu la merveilleuse idée d’organiser une soirée de célibataires pour notre industrie et ce fut un franc succès. Plus de 200 célibataires du milieu du disque, de la scène, de la télévision et du cinéma vinrent festoyer avec nous lors d’une soirée qui se voulait tout sauf sérieuse.

J’avoue ne pas trop me souvenir en détails du party, car j’y ai beaucoup travaillé. J’accueillais, j’organisais des jeux niaiseux et j’animais la soirée. Les invités ont eu beaucoup d’agrément comme on dit, et l’amour s’est pointé le bout du nez, car plusieurs couples s’y sont formés. En l’espace d’une soirée, mes amies et moi sommes devenues les fées de l’amour du domaine culturel québécois!

Le lendemain, une amie qui était présente la veille m’appelle pour prendre de mes nouvelles, débriefer et me communiquer une information privilégiée.

  • As-tu vu mon ami « le comédien » qui était là?
  • Ben oui, je l’ai vu! My god! Beau de même ça ne se peut pas!
  • Lui en tout cas, il te trouvait ben de son goût.
  • WHHHHHAAATTTTTT?????
  • Ouain, il trouvait que tu avais l’air occupée alors il n’a pas voulu te déranger.
  • QQUUUUUUUUUUOI?????
  • HAHAHAHAHA! Bon, je suppose que tu aimerais le rencontrer?
  • BEN OUI!!!

OMG! Le comédien que je trouve si beau, dont je suis la carrière depuis si longtemps me trouve de son goût! Ok, pincez-moi quelqu’un!!!!!

Je me prépare donc pour un 5 à 7 et plus si affinités. J’ai des papillons dans le ventre. J’ai envie de vomir aux 5 à 7 secondes! J’entre dans le bar (qui est presque vide), je commande une pinte de bière pour me calmer et attendre mon beau prince…

Oh! Oh! Il est là! Je le vois faire son entrée sans trop d’assurance. Il est nerveux aussi, ça se voit. Ses gestes sont saccadés, remplis de tics nerveux. J’essaie d’effacer ça de ma tête, car c’est vrai que l’image que j’ai du personnage public ne ressemble pas à la personne que j’ai devant moi, mais justement, ce n’est qu’une « image ». Celle qui a été véhiculée par les médias pendant des années et que tout le monde « prend pour du cash ». Puis au fond, on ne se connaît pas encore. S’il n’a pas osé me parler l’autre soir, c’est qu’il est sans doute empreint d’une grande timidité. C’est un être humain comme moi, après tout!

Il arrive à ma table. Je réalise qu’il a les dents serrées, ses tics sont encore plus intenses. Il parle vite. Il commande une pinte et la boit d’un trait. Mon beau comédien clignote comme un arbre de Noël. Pour ceux qui n’ont pas encore compris, mon prince charmant est gelé comme une balle.

Déception.

sylvie-une

Il me parle. Je ne comprends rien. Il n’a aucune écoute. En fait, il pose des questions et y répond lui-même (je vous jure!). Il a une conversation décousue. Il se lève souvent pour rien. Il va au bar, prend une autre bière et la boit d’un trait encore une fois. Je suis totalement dépassée par les événements. Mon cerveau divague ailleurs… Je m’imagine à la maison en train d’écouter ce film que je voulais revoir ce soir à Ciné Pop. Je pense à ma minette… J’avais un chat à l’époque qui est maintenant au paradis des minous. Qu’est-ce qu’elle fait en ce moment? Je dois vraiment lui manquer. Je l’imagine toute seule au milieu de mon salon, miaulant : Sylvie? Sylvie? T’es oooooooooooooù????

Je m’ennuie de mon chat, c’pas drôle là!

Je reviens au bar, à ma Tour Eiffel scintillante. Je trouve ça tellement triste. Man, qu’est-ce que tu fais de ta vie? De ta carrière? Je suis dans ce milieu depuis assez longtemps pour savoir que les préjugés au sujet de la drogue et des artistes ne sont pas vraiment vrais. Oui, il y en a, mais pas plus que dans un autre milieu. C’est seulement que quand ta face est connue et que tu franchis la ligne de la sobriété en public, ça se colporte mieux que si t’étais comptable. Je suis ultra déçue, car tant de beauté et de talent se dissipent devant mes yeux. J’ai l’impression d’être aux premières loges du suicide de l’un de mes fantasmes masculin. C’est vrai que dernièrement, on ne le voit plus autant à la télé. Si c’est à cause de ce que je vois live devant moi, je comprends un peu mieux.

Je n’ai plus envie d’être dans ce bar avec cet ancien sex symbol. J’en ai assez vu pour aujourd’hui pis en plus, j’ai ce film que j’ai vu au moins 10 fois et qui me tente pour une 11e fois. J’entreprends une dernière tentative, des fois que sa lucidité reviendrait à grands coups de batte de baseball. Je vis d’espoir, que voulez-vous.

  • Comme ça, tu connais Jean toi aussi? (nous avons un autre ami en commun)
  • Qui? Jean? Oui, oui, je le connais. S’cuse-moi je dois aller aux toilettes.

C’est l’heure du ravitaillement sans doute.

Il revient au bout de 15-20 minutes.

Il passe devant ma table sans me regarder et s’assoit deux tables plus loin où une fille lit un livre paisiblement en buvant une bière. Il lui dit :

  • Comment ça, tu connais Jean?

Je.vous.le.jure!

La fille me regarde complètement éberluée. Je lui fais signe de la main que c’est normal et je quitte le bar, sur la pointe des pieds. Ni vu, ni connu. J’ai pris la poudre d’escampette!

Je suis arrivée juste à temps pour mon film.

Lui, je ne le revis jamais, ni à la télé et ni au cinéma d’ailleurs. Finalement, sa belle image, ce n’était que de la poudre aux yeux.

Partager cet article

Vous aimerez également