Vivre

Le côté sombre du yogourt grec

yogurt-une

Je suis tombée sur un article concernant un de mes aliments favoris, le yogourt grec. Il est si bon pour nous mais le serait peut-être moins pour l’environnement. Voici une petite traduction maison.

Le marché du yogourt grec est en pleine expansion aux États-Unis et avec raison. On l’adore parce qu’il contient deux fois plus de protéines qu’un yogourt traditionnel. Le hic? En le créant, l’industrie produit un sérum acide, dont elle ne sait pas quoi faire.

Le problème se pose plus particulièrement pour le yogourt grec parce que les quantités de résidu sont plus importantes que pour un yogourt normal. On se retrouve donc avec plus de résidu acide à gérer.

C’est illégal de déverser cette matière résiduelle dans les rivières, parce que sa décomposition est toxique pour l’environnement et pourrait détruire la vie aquatique (le résidu de fromage tuerait ainsi des dizaines de milliers de poissons depuis quelques années).

Résultat: les gros producteurs paient pour se débarrasser du problème et vendent ce résidu laiteux à des fermiers, qui le mélangent à du fumier ou en nourrissent les vaches. La bonne nouvelle? Il y a eu un sommet des producteurs de yogourt pour trouver des solutions à cette épineuse problématique. À part en donner aux vaches, on pourrait en extraire la protéine pour en faire de la formule pour enfant ou mieux, la transformer en méthane, qui pourrait générer de l’électricité.

Partager cet article

Vous aimerez également