Vivre

Le cycle du spin

Je suis d’avis que tout ce qui nous arrive, de bon comme de moins bon, a toujours pour but de nous aider à améliorer les conditions de notre vie. C’est du moins ce que je retiens de mes propres expériences.

C’est ainsi qu’en mangeant ma toast aux cretons ce matin, je me suis mise à réfléchir aux trois derniers mois qui, je l’avoue, m’ont fait vivre certaines émotions que je n’avais pas tellement envie de revisiter.

À vrai dire, j’ai vraiment l’impression de faire un bond en arrière ces temps-ci. Non seulement je ressens certains inconforts qui, dans ma tête, étaient réglés depuis belle lurette, mais je me surprends à voir ressurgir certains comportements et réflexes que j’avais bannis depuis longtemps.

Si je n’avais pas une petite idée de ce qui est en train de se passer, il y aurait matière à paniquer. Mais je demeure quand même zen parce que je sais que je suis probablement en train de passer à travers l’une de ces fameuses phases d’évolution où on a l’impression de régresser alors qu’au contraire, tout est pensé et mis en place pour nous faire progresser. Ça n’a vraiment rien d’agréable, mais «I will survive». (Sourire)

Si on se faisait une petite brassée de linge sale

Ces périodes un peu bizarres de notre vie me font penser aux cycles d’une machine à laver.

Le cycle du lavage

Avant les fêtes, j’ai ressenti le besoin de mettre un peu d’ordre dans mes pensées et dans mes sentiments que je trouvais parfois confus. J’avais besoin de nettoyer certaines choses.

Le cycle du rinçage

Après deux ou trois semaines, tout est devenu plus clair. J’ai eu plusieurs prises de conscience qui se sont avérées très inspirantes dont celle que mon cœur doit présentement être fermé pour rénovation.

Le cycle de l’essorage

Je suis maintenant en plein essorage, c’est-à-dire dans la phase où je dois intégrer tout ce que j’ai compris et appris, mais il y a un hic… Je ne suis pas nécessairement à l’aise de me laisser spinner de la sorte. Et je le vois dans tous ces vieux réflexes de peur qui remontent à la surface et qui m’incitent à vouloir lutter contre la force centrifuge. Tout cela est un peu éreintant, je dois dire.

En fait, ce que je dois arriver à comprendre, c’est que cette force veut tout simplement m’emmener loin de tous ces patterns non constructifs dans lesquels je me trouve depuis si longtemps.

Reculer pour mieux bondir

En réalité, ces trois cycles sont des cadeaux puisqu’ils sont essentiels à l’amélioration des aspects de ma vie qui m’empêchent d’être totalement heureuse.

Je réalise donc que le replay d’une ancienne cassette ne doit pas être vu comme quelque chose de négatif. Au contraire, il s’agit d’une invitation à changer ce que je n’ai pas pu ou voulu changer précédemment.

En fait, si la vie m’a obligée à faire un certain retour en arrière, c’est tout simplement pour me permettre de mieux bondir vers l’avant.

Lorsque je sortirai du fameux cycle du spin, je me sentirai beaucoup mieux dans ma tête. Il ne me restera alors qu’à me faire sécher sous le merveilleux soleil du printemps. (Clin d’œil)

Extrait tiré du Carnet de route pour manifester l’inattendu. Visitez jackiebhamilton.com.

Partager cet article

Vous aimerez également