Vivre

Le party de bureau post #MoiAussi

À la lumière du mouvement #MoiAussi, des cadres annulent le party de bureau des fêtes, jusqu’à ce qu’un code de conduite définisse ce qui est acceptable ou pas, dans les relations hommes et femmes au travail. D’autres adaptent leurs politiques existantes. Tandis que certains, comme un de mes clients, tiennent des activités de formation sur la civilité en milieu de travail, juste avant de célébrer. Puis de nombreux employés, surtout des hommes, se questionnent sur leurs comportements.

Pour vous permettre de rayonner cette année lors de votre party de bureau des fêtes, voici les réponses aux questions qu’on me pose le plus souvent.

1. Devrais-je y aller?

Oui, allez-y gaiment. Si vous choisissez de ne pas y aller, soyez avisé que vous pourriez briller par votre absence. On pourrait l’interpréter comme un manque d’engagement envers l’équipe. Le mot clé dans «party de bureau», c’est bureau. Votre employeur organise et investit dans cette activité afin que vous et vos collègues puissiez tisser des liens «hors ligne», les yeux dans les yeux.

2. De quoi puis-je jaser?

Répandez la joie.

Voyez le party comme une activité de réseautage interne. C’est l’occasion de bâtir des liens. Remémorez-vous les bons coups, les succès ainsi que les objectifs atteints de vos collègues puis ceux de vos supérieurs. Allez vers eux et félicitez-les.

«Quels sont vos plans pour les fêtes?», convient à tous. Informez-vous de leurs traditions favorites.

Ce n’est pas le moment de mousser votre profil pour votre prochaine promotion, de régler les comptes ou de brasser de grosses affaires avec grande patronne.

Ne vous en tenez pas à vos collègues habituels. Allez aussi à la rencontre d’employés à l’extérieur de votre équipe quotidienne.

Quoi faire si un collègue me dit quelque chose de déplacé?

Ne faites pas semblant de n’avoir rien entendu. Dites-lui que vous n’êtes pas à l’aise avec ce commentaire et quittez la conversation. Si la personne revient vers vous et insiste, dites-lui que vous la dénoncerez si elle continue. Cela s’applique à toutes les insistances inconfortables. Pas facile, je sais, mais nécessaire. Dans ces cas, assurez-vous aussi de bien documenter la situation.

3. Que devrais-je porter?

Comme lors des vendredis décontractés, évitez les vêtements pour la plage, le gym, le bar ou le boudoir. Psst… Les secrets de Victoria doivent demeurer secrets…

Suivez le code vestimentaire indiqué dans l’invitation. S’il n’y en a pas, inspirez-vous du lieu, de l’heure de la journée ainsi que du menu.

Vous êtes perplexe? Comme disait ma grand-mère maternelle Florina: «Dans le doute, on s’informe!» Informez-vous au coordonnateur de l’activité ou à votre représentant des ressources humaines. Vous ne ferez jamais de faux pas en demandant.

Résistez à la tentation d’enjoliver votre ensemble d’un accessoire festif «juste pour rire». L’image de vous portant des bois et un nez rouge pourrait être difficile à effacer de la mémoire de votre patronne au moment de votre évaluation du rendement.

4. Dois-je danser?

Participez aux activités organisées avec une cote « G » pour tous ». Respectez-vous, votre zone de confort ainsi que celles de vos collègues. Pour vous aider à déterminer les limites, dites-vous que vos enfants et vos grand-parents devraient pouvoir vous observer sans malaise.

Un «non», aussi doux et discret qu’il soit est un «non» qui se doit toujours d’être respecté.

Quoi faire si un collègue entre dans ma bulle, me tire et insiste pour m’emmener sur le plancher de danse? Dites-lui:

«Non merci. Je ne veux pas danser.» Si la personne insiste, dites-lui qu’elle vous met mal à l’aise et que vous préférez vous en tenir aux discussions.»

5. Boire ou ne pas boire?

Il n’est pas rare d’entendre parler d’un employé qui a partagé trop d’information pendant ces célébrations. Tout le monde a sa limite. Respectez la vôtre et évitez les ragots ou remords du lendemain.

Quoi faire si un de mes collègues a trop bu?

Si c’est un proche, parlez-lui en privé et organisez-vous pour qu’il retourne chez lui en sécurité. Sinon, présentez les faits aux organisateurs ou au personnel de service. Ils ont l’habitude.

6. Est-ce OK de prendre des photos?

Si vous en prenez, assurez-vous d’avoir la permission avant de les publier.

Si vous êtes gestionnaire, sachez que la tendance est d’organiser des célébrations sans techno: pas de clichés, de tweets ou de tags. D’autres encouragent les employés à poser et à afficher en début de fête, puis à ensuite ranger la techno pour faire des souvenirs face-à-face et non pas face à fond de tête (tête penchée vers son cellulaire)!

7. Combien de temps devrais-je rester?

Arrivez à l’heure et ne soyez pas le dernier à partir.

Comme vous le savez, la reconnaissance et la gratitude ont des pouvoirs exponentiels. Remerciez les organisateurs et vos supérieurs. Si vous ne les repérez pas avant de partir, envoyez un courriel de remerciement le lendemain.

Vous vivez une situation délicate au boulot? Écrivez à julie et elle vous répondra.

Vous aimerez également