Culturel, Tendance

Dans le tapis: Lena Dunham veut que l’on arrête de parler de son poids!

Depuis ses débuts, le poids de Lena Dunham (Girls) défraie presqu’aussi souvent la manchette que ses accomplissements en tant que réalisatrice, actrice et féministe! Alors que depuis quelques mois la star semble avoir littéralement fondu, Lena assure à ses fans que tout va bien pour elle et que cette soudaine transformation ne résulte pas d’une quelconque pression ressentie à cause de la société.

Souffrant d’endométriose, Lena a décidé de perdre du poids afin de soulager ses maux chroniques, qui lui provoquent des souffrances régulières. La populaire actrice a donc fait appel à la coach Tracy Ander­son pour l’aider dans sa démarche:

Je pense que ce qui était important pour moi était le fait que Tracy n’essayait pas de changer mon corps. Je suis venue la voir et je lui ai dit «je souffre d’endométriose, j’ai des douleurs chroniques, je veux être plus forte, je veux avoir des muscles abdominaux plus forts, je veux me me sentir plus forte durant la journée, comment puis-je y arriver?»

Sur le tapis rouge de l’ouverture de la boutique de Tracy Anderson à New York (où Lena a d’ailleurs facetimé sa bonne amie Gwyneth Paltrow!), sa coach n’avait que de bons mots pour elle: «Elle sait ce qu’elle veut pour son corps. Les femmes pensent toujours qu’elles doivent ressembler à quelqu’un d’autre… J’ai vraiment envie d’avoir des exemples comme Lena, comme Jennifer [Lopez], comme Gywneth [Paltrow], qui sont des femmes fières de ce qu’elles sont et qui veulent juste être en bonne santé et équilibrées».

À la suite de cette soirée, Lena a tenu à remercier dans une longue publication sur sa page Instagram le site Refinery29, qui sous-entendait que sa perte de poids ne devrait pas faire la une des journaux!

Je crois que j’ai assez clairement dit au fil des années que je n’avais absolument rien à foutre de ce que les gens pensent de mon corps. J’ai fait des tapis rouges en robe haute couture de taille 46. J’ai tourné des scènes de sexe après des opérations, pleine de cicatrices. J’ai accepté l’idée que mon corps est un organisme en perpétuelle évolution, pas une entité fixe. […] Je suis fière que mon corps ait traversé avec succès autant d’épreuves. Je suis fière de ce qu’il repré­sente.

Lena, je t’aime!

Thank you for this @Refinery29. I feel I’ve made it pretty clear over the years that I don’t give even the tiniest of shits what anyone else feels about my body. I’ve gone on red carpets in couture as a size 14. I’ve done sex scenes days after surgery, mottled with scars. I’ve accepted that my body is an ever changing organism, not a fixed entity- what goes up must come down and vice versa. I smile just as wide no matter my current size because I’m proud of what this body has seen and done and represented. Chronic illness sufferer. Body-shaming vigilante. Sexual assault survivor. Raging hottie. Just like all of YOU. Right now I’m struggling to control my endometriosis through a healthy diet and exercise. So my weight loss isn’t a triumph and it also isn’t some sign I’ve finally given in to the voices of trolls. Because my body belongs to ME–at every phase, in every iteration, and whatever I’m doing with it, I’m not handing in my feminist card to anyone. So thank you to my girl @ashleygraham for writing so gorgeously about this on @lennyletter (link in bio). Thank you to @tracyandersonmethod for teaching me that exercise has the power to counteract my pain and anxiety, and to @jennikonner for being my partner in FUCK IT. I refuse to celebrate these bullshit before-and-after pictures. Don’t we have infinitely more pressing news to attend to? So much love to all my web friends who demand that life be more than a daily weigh in, who know their merit has nothing to do with their size, who fight to be seen and heard and accepted. I love you- Lena

Une publication partagée par Lena Dunham (@lenadunham) le


L’acteur américain Jason Sudeikis à Montréal malgré la tempête!

Depuis la série The O.C., je CAPOTE sur Olivia Wilde. C’est mon actrice préférée! C’est donc pourquoi j’étais vraiment excitée lorsque j’ai appris que son mari, Jason Sudeikis, s’amenait à Montréal pour l’événement-bénéfice Kanaval KANPE… Je devais être là et le rencontrer! L’acteur américain de 41 ans, connu pour ses années à Saturday Night Live et ses rôles principaux dans des films tels que Horrible Bosses, Mother’s Day et We’re The Millers, co-animait avec Anne-Marie Withenshaw la soirée qui célébrait en grand la culture haïtienne et qui permettait d’amasser des fonds pour les familles les plus vulnérables d’Haïti.

Crédit photo: Karine Paradis

Hyper sympa, plus que souriant et faisant des blagues à la chaîne, Jason Sudeikis passait presqu’incognito à la soirée affublé de sa casquette bleue et armé de son appareil photo: Jason a un petit faible pour le groupe canadien Arcade Fire (qui fait un malheur autour du globe) et n’a pu résister à l’envie de les immortaliser sur son précieux Kodak! D’ailleurs, c’était la première fois depuis le 30 août 2014 que les célèbres Win Butler, Régine Chassagne et la bande d’Arcade Fire jouaient en spectacle à Montréal: les fans étaient donc fidèles au rendez-vous.

Au cocktail VIP avant le spectacle, j’ai eu le bonheur de croiser Isabelle Racicot, Rebecca Makonnen, Jay Walker, Geneviève Borne, Gardy Fury, Pierre Kwenders, Paul Beaubrun et Patrice Bernier!

Psssst! À cause de la tempête de neige la veille, il s’en est fallu de peu pour que Jason Sudeikis n’arrive jamais à Montréal: lui qui devait atterrir dans la métropole lundi est finalement arrivé quelques heures avant l’événement mercredi. Fiou!

Lancement des restaurants Jerry

Soir de tempête? Pfffff, même pas peur! Mardi soir, alors que tout le Québec était paralysé à cause de la fameuse chute de neige historique, les plus audacieux (Sophie Desmarais, Charles Kardos de La Voix Junior, Isabelle Ménard, Alexandre Bilodeau, Sophie Nélisse, Pier-Luc Funk) ont affronté le mauvais temps pour découvrir la nouvelle bannière Jerry – Casse-croûte du terroir, lancée en grandes pompes par Jérôme Ferrer et Gilbert Rozon!

Les deux grands promoteurs montréalais souhaitent s’attaquer au marché européen ainsi qu’aux aéroports tout en poursuivant leur expansion au Québec. En unissant leurs forces respectives, soit la gastronomie et le divertissement, Jérôme Ferrer (grand chef Relais&Châteaux et président du Groupe Europea) et Gilbert Rozon (président fondateur de Juste pour rire) feront rayonner Montréal à l’international en partageant une parcelle de notre identité culturelle et culinaire.

Similaires aux casse-croûtes de bord de route ancrés dans les mœurs québécoises, les restaurants Jerry revisiteront les grands classiques gourmands… il n’est donc qu’une question de temps avant que les voyageurs des quatre coins du globe s’amourachent eux aussi de notre typique poutine!


Et vous, quel était votre moment tapis rouge préféré?

Vous aimerez également