Vivre

L’équilibre, complice de votre digestion

noemie

Il est bon de profiter des plaisirs et des «bonnes choses de la vie». Je préfère moi-même en profiter plutôt que d’avoir un ventre plat. Le défi est de le faire sans culpabilité et d’éviter les excès sur le long terme!

On entend souvent que nous sommes ce que l’on mange. Évidemment, effectuer des choix santé dans l’alimentation est la base. Il est également essentiel de reconnaître les aliments auxquels notre organisme a manifesté une sensibilité. Toutefois, je crois que nous sommes beaucoup plus que ce que nous mangeons. Je dirais que la santé et la bonne digestion sont aussi une question d’état d’esprit et d’attitude au quotidien… Et ce, même si vous avez une alimentation très équilibrée. Notre bonne digestion dépend donc d’un équilibre entre l’un et l’autre.

Mon intention n’est pas de vous dire quoi manger, je ne suis pas nutritionniste, mais plutôt de vous faire connecter avec cette présence intérieure et d’aborder quelques bonnes habitudes qui provoqueront un effet positif sur votre système digestif selon la philosophie orientale de la santé.

L’alimentation et la bonne digestion sont essentielles à l’équilibre du corps. Pensons à l’adage Quand l’appétit va tout va! Un déséquilibre dans le processus de digestion, ainsi que des habitudes alimentaires néfastes ont des répercussions sur l’ensemble de l’organisme.

Les troubles de digestion peuvent provenir d’une mauvaise alimentation ou de la consommation d’aliments irritants, mais ils peuvent également être liés à un stress intense ou permanent. Pour accomplir correctement son travail de digestion, l’estomac a besoin de calme. La relaxation, la méditation, le massage de l’abdomen ainsi qu’une bonne gestion des émotions sont à inclure dans les saines habitudes de vie pour soutenir notre système digestif. De là, l’importance de comprendre la source qui perturbe l’harmonie, afin de déterminer les changements à apporter.

La bonne digestion, un aspect important de la vitalité

Certains aliments nécessitent plus d’énergie que d’autres pour être digérés. Lorsque la digestion est lourde, l’estomac puise l’énergie ailleurs. Les autres systèmes se mobilisent afin de soutenir l’estomac dans son travail de digestion. Le corps est en quelque sorte au ralenti. On remarque cette léthargie particulièrement si le repas est riche en glucides (pain, sucre, pâtes, riz, pommes de terre). En évitant de manger trop sucré, trop gras, trop rapidement ou en trop grandes quantités, on peut s’épargner cette sensation de fatigue après les repas.

La digestion, en lien direct avec nos émotions

La pensée orientale considère que l’estomac accueille et digère autant les aliments que les émotions. L’excès de préoccupations et de soucis, la nervosité, l’angoisse et l’anxiété perturbent son énergie et peuvent entraver la digestion. En effet, les personnes anxieuses éprouvent souvent des inconforts abdominaux. Bon nombre d’expressions y font référence : avoir la peur au ventre, avoir l’estomac noué ou avoir une boule à l’estomac. Le manque d’appétit lors de stress émotifs est un autre exemple démontrant que l’esprit agit sur le corps.

noemie-gelinas-ventre

En plus d’une alimentation adaptée et équilibrée, le système digestif dépend donc d’une bonne gestion du stress et des émotions. Ces troubles sont généralement passagers, mais parfois persistants. Cette condition chronique pourrait mener à de simples inconforts digestifs et à des reflux gastriques.

CONSEILS POUR FAVORISER L’ÉQUILIBRE DE LA DIGESTION

  • Maintenir une régularité et un équilibre dans l’alimentation

Manger sur le pouce à des heures irrégulières, sauter un repas, engouffrer une grande quantité de nourriture sans respecter la capacité de l’estomac… tout cela peut perturber la digestion, surtout si elle est déjà en état de fragilité.

En médecine traditionnelle chinoise, l’équilibre est toujours maître et cela s’avère particulièrement exact en ce qui concerne l’alimentation. Traditionnellement, pour les Orientaux, un repas équilibré se divise en quatre parts : deux parts d’aliments solides, une part d’aliments liquides (bouillon ou soupe) et une part libre, c’est-à-dire un espace qu’on laisse à l’estomac pour éviter de le surcharger. Étant donné qu’il y a un délai d’environ vingt minutes avant que la sensation de satiété se rende au cerveau, il est préférable de ne pas atteindre la satiété pendant le repas. Hélas, il n’est pas toujours facile de différencier le besoin de manger de l’envie de manger!

  • Éviter les boissons et les aliments trop froids

Une consommation excessive d’aliments très froids ou crus fait augmenter l’énergie nécessaire à la digestion puisque l’estomac doit les réchauffer. En médecine chinoise, on dit que les aliments froids éteignent le feu digestif. Consommés à l’excès, ces aliments entraînent, pour certains, des inconforts digestifs tels que des flatulences et des ballonnements. La chaleur est indispensable au système digestif pour assurer un bon fonctionnement dans la transformation des aliments.

Selon la diététique chinoise, lorsque les aliments sont légèrement cuits ou précuits, ils sont plus faciles à digérer, puisque l’organisme n’a pas à fournir d’effort supplémentaire pour les réchauffer. Cela permet au métabolisme d’orienter l’énergie ailleurs que sur la digestion. C’est pourquoi les Orientaux mangent chaud plutôt que froid en incorporant des soupes et du thé dans leur alimentation.

  • Avoir un esprit détendu pendant les repas

Selon la philosophie orientale, il est important de cultiver la conscience et le plaisir de manger pour faciliter la digestion. Un stress émotif perturbe le travail de l’estomac et peut favoriser l’apparition de malaises digestifs. Dans cette optique, il est important de privilégier le calme et d’éviter de manger par excès lorsqu’on est émotionnellement troublé ou que notre esprit est contrarié.

Avoir une bonne posture assise, sans voûter le dos pendant le repas favorise une bonne digestion et évite de comprimer les organes de l’abdomen. L’heure du repas devrait se dérouler dans une ambiance calme, toute dédiée au plaisir de manger!

  • Masser l’abdomen

Dans le cas d’agitation mentale ou de malaises digestifs, n’hésitez pas à pratiquer l’automassage du ventre pour vous apaiser. L’action apaisante du massage relâche les tensions de l’estomac et atténue les troubles du transit alimentaire. Le massage procure un soulagement lors de certaines difficultés digestives ou le manque d’appétit en raison d’un estomac noué et il aide à diminuer la fréquence et l’intensité des reflux gastriques. La respiration abdominale permet également de diminuer les tensions émotionnelles et les douleurs abdominales.

  • Se connecter au moment présent

Lorsque l’esprit est submergé par les inquiétudes ou les soucis, il est bénéfique de s’octroyer un temps de pause pour se recentrer et pour ramener son esprit au calme. Les médecins orientaux prescrivent souvent la méditation et des exercices de relaxation aux patients qui les consultent pour des troubles digestifs. De plus en plus de médecins occidentaux s’en inspirent.

Lao Tzu a dit : Si vous êtes déprimé, c’est que vous vivez dans le passé. Si vous êtes anxieux, c’est que vous vivez dans le futur. Si vous êtes en paix, c’est que vous vivez dans le présent.

Dans mon livre Massage du ventre et philosophie orientale pour tous et aussi dans le cadre des ateliers, vous découvrirez des liens établis par la philosophie orientale entre le corps et l’esprit. Cela vous aidera à mieux comprendre la nature profonde de certains malaises en vous invitant à revoir certains aspects de votre mode de vie. Cela dit, il n’existe pas de recommandations convenant à tous, car les chemins vers la santé globale sont multiples. Chacun doit trouver la voie vers le calme naturel du corps et de l’esprit. Le parcours emprunté peut dépendre de chacun, que ce soit l’exercice physique, l’alimentation, la psychothérapie, le massage ou tout changement d’attitude ou d’habitude de vie qui peut éliminer ou prévenir l’apparition de malaises physiques ou psychiques.

noemie2

Partager cet article

Vous aimerez également