Culturel

L’intuition: une affaire d’état

danielle-une

J’ai enfin compris pourquoi Danièle Henkel fascine le public québécois depuis quelques années. Elle est un personnage plus grand que nature. En lisant Quand l’intuition trace la route, sa biographie sortie cette semaine, j’ai bien cerné son rôle. Elle est James Bond déguisée en Miss Moneypenney. Rien de moins. Les missions? Emmenez-en! De petite fille fougueuse, protectrice de sa maman (qui a d’ailleurs aussi eu une vie peu commune) elle est devenue une employée courageuse, sauvant des diplomates américains de la rage de manifestants algériens.

J’avais l’impression d’avoir déjà tout entendu de Madame Henkel à cause des nombreuses entrevues où elle racontait son arrivée au Québec, sa détermination sans borne, son gant de crin, le monde des affaires, ses enfants, sa vie, quoi. Mais ces entrevues n’étaient que la pointe de l’iceberg. Son histoire est un enchaînement de moments fascinants où la femme à lunettes devient une héroïne défiant les mœurs algériennes de la fin du vingtième siècle. Surveillée par son frère étant enfant, par ses collègues de travail devenue jeune femme, épiée par le gouvernement algérien puis américain 24 heures sur 24, elle a soulevé les soupçons, mais a toujours su se sortir des situations les plus épineuses avec panache.

Comment ne pas être émue en imaginant cette mère de famille se sauver de l’intégrisme religieux, immigrant avec ses quelques valises dans un Québec glacial? Danièle a fêté son 34e anniversaire chez nous, avec un gâteau déposé sur des boîtes de carton faisant office de table, dans un petit appartement vide de Montréal. À ce moment précis, elle est devenue notre cadeau. Ce livre est à découvrir, pour se donner la dose de courage dont on a tous besoin pour continuer. Merci Miss Henkel de nous l’offrir avec tant de générosité.

daniele-henkel

Partager cet article

Vous aimerez également