Culturel

Ma déclaration d’amour à Nicolas Noël

nicolas-noel_ cover

Je me souviens d’avoir mis le DVD tout en ramassant les jouets pas très loin de la petite qui câlinait sa doudou en jacassant sans cesse. Puis ce fut le silence, ce qui était (trop) rare dans le cas de Lilie, une petite fille dynamique. Elle qui n’était pas vraiment intéressée par la télé en plus… Elle écoutait cette belle et douce voix qui remplissait la pièce de quelque chose de réconfortant. Elle écoutait l’histoire que le père Noël lui racontait. Quand il s’est mis à chanter, son petit derrière en couche s’est mis à gigoter. Nicolas Noël venait d’entrer dans notre vie. Dans la sienne, mais dans la mienne aussi. Et finalement, dans celle de toute la famille élargie.

Car avant lui, le père Noël avait de multiples visages, parfois à la barbe trop longue, parfois au costume défraîchi. Voir le père Noël, c’était surtout faire la file dans un centre commercial pour la classique (et souvent mauvaise) photo. On savait que son travail était d’aller porter des cadeaux dans toutes les maisons du monde la veille de Noël. Mais sinon?

Nicolas Noël réinvente le temps des fêtes en lui donnant une histoire, une belle histoire qui explique d’où il vient et pourquoi il a des pouvoirs si magiques. Mais surtout, Nicolas Noël donne à cette période souvent trop mercantile de l’année des valeurs comme l’amour, la confiance en soi et le partage. C’est ce à quoi devrait ressembler Noël, non?

nicolas-noel_ image1

Je l’ai rencontré plusieurs fois au cours des dernières années et j’oublie chaque fois que j’ai devant moi un comédien nommé Daniel Blondin qui n’habite pas vraiment au pôle Nord, mais qui a passé pendant plus de dix ans son temps des fêtes à Place Rosemère avant de devenir victime de sa popularité et de partir rejoindre tous les enfants partout à travers la province. On oublie aussi que son lutin Grésille, tout aussi authentique et amusant, n’est pas un vrai lutin. Tout sonne vrai, qu’on écoute le film à la maison, le DC dans l’auto ou qu’on aille voir le spectacle. C’est que Nicolas Noël prend son rôle très au sérieux et est absolument formidable avec chaque enfant qu’il rencontre. Avant ou après ses spectacles, il attend les enfants et leur parle dans les yeux. Si le petit a peur, le gentil bonhomme demande aux parents de ne pas le forcer et s’adresse à l’enfant en lui disant qu’il sera moins gêné l’année prochaine quand ils se reverront. Oui, il leur demande ce qu’ils aimeraient avoir pour Noël, mais il leur dira aussi et surtout qu’il a confiance en eux. Faut voir les yeux des petits. Et le sourire des parents. La magie opère. Vraiment.

J’aurais d’ailleurs peur de la briser, la magie, en vous disant que Nicolas Noël est un «produit» québécois. Les chansons ont été écrites par François Tremblay. Si ce nom ne vous dit rien, celui d’Arthur L’Aventurier vous est sûrement familier. Les deux hommes ont tout de suite connecté à leur première rencontre, ayant tout deux à cœur le bonheur des enfants. Mais non, la magie y est toujours. On dirait même que ça rajoute une couche de délicieux crémage sur une bûche de Noël faite avec amour par une grand-maman.

Si vous ne le connaissez pas, je vous mets au défi d’aller le rencontrer. Plongez votre regard dans le sien, bleu et bon. Je vous parie que vous aurez envie de croire encore au père Noël.

On peut consulter le site web de Nicolas Noël ou encore sa page Facebook sur laquelle on trouve toutes sortes de belles choses comme un beau conte de Noël qui explique pourquoi les sapins gardent leurs épines l’hiver.

Il existe maintenant différentes versions du père Noël, la plus récente, le père Noël «à la mode», communément appelé le Fashion Santa qui connait une popularité sans précédent dans le centre commercial de Yorkdale près de Toronto. Plus de tuque et de bedaine, celui-là est «slim» comme un mannequin. C’est l’idée d’un mannequin de 51 ans qui a décidé de rafraîchir sa carrière en devenant en quelque sorte le petit frère du père Noël. Il porte la barbe, certes, mais il a un look d’enfer: écharpe au cou comme une rockstar, manteau de velours bourgogne d’une valeur de 2 000 dollars. On n’a pas envie de s’assoir sur ses genoux, de peur de le froisser! On peut par contre prendre un selfie avec lui, car pour chaque égoportrait, le centre d’achat remettra de l’argent à une bonne cause.

nicolas-noel_ image2

Fashion Santa

Que l’on rencontre le Fashion Santa ou un autre membre de sa fratrie, sachez que ne devient pas petit papa Noël qui veut! On ne doit pas avoir de casier judiciaire et pour éviter les plaintes, le barbu a des règles à suivre:

  • prendre l’enfant par les aisselles et non la taille,
  • ne pas mettre ses mains sur les cuisses de l’enfant,
  • ne pas l’embrasser,
  • ne rien promettre,
  • ne pas parler de religion.

On est en 2015, quoi!!!! Reste que pour moi, le charisme, les valeurs, la chaleur humaine et la magie sont l’apanage de Nicolas Noël, qui est d’ailleurs le père Noël officiel du temps des fêtes de Rythme FM. Nicolas est également le porte-parole de la campagne Le père Noël m’appelle qui offre différents forfaits permettant par exemple, aux enfants de recevoir un courriel et un appel du père Nicolas Noël pour Le Phare, une maison pour les enfants en fin de vie.

Partager cet article

Vous aimerez également