Culturel

Ma quête

quete_cover

Au début de 2015, j’avais pris deux résolutions: Avoir des garde-robes rangés en tout temps et mettre fin à ma vie de célibataire. Il reste 1 mois à 2015 et si je fais le point, aucun des deux projets n’a vraiment vu le jour. Ce n’est pas que je n’ai pas essayé. J’ai même pris une semaine de vacances pour faire le ménage de mes garde-robes, mais rien n’a tenu le coup. J’ouvre toujours les portes avec la peur que tout tombe et m’écrase violemment.

Pour le célibat, même chose. Mes objectifs étaient pourtant simples. Je voulais trouver un homme pour partager ma vie et, pour y arriver, je ne devais pas baisser les bras au moindre refus. Je devais persévérer, écouter les conseils de mes amies et m’ouvrir d’avantage.

J’ai tout fait!

Je me suis inscrite à des sites de rencontre. Vous vous en souvenez? Ça m’a traumatisée. J’avais peine à croire que je pouvais tomber aussi bas. Mais pourtant, je l’ai fait.

J’ai accepté toutes les sorties susceptibles de me faire rencontrer quelqu’un.
Ma carte de crédit m’en veut toujours.

Je suis restée plus ouverte. J’ai donné une chance à tous les hommes que j’ai rencontrés, même si ça ne me tentait pas.
Ça m’a permis de connaître un dépendant affectif et un animateur d’émission pour enfants. Ça, je l’avoue, ce n’est pas vrai. C’est le surnom que je lui ai donné à cause des textos qu’il m’envoyait du genre: Bon matin petit rayon de soleil! Je m’en vais faire 50 km de vélo, OUF! Mais juste avant, hop dans la piscine! Ou encore: Oh, j’ai mal dormi cette nuit 🙁 Hé la la! Mais tout ira mieux après un bon café. Si Tinky Winky des Télétubbies savait écrire, c’est ÇA qu’il aurait écrit! J’en suis convaincue.

J’ai aussi rencontré quelques hommes qui, après de longues relations avaient décidé de se choisir eux! Bon, je n’ai rien contre ça de prime abord. C’est même sain. Mais quand un homme de 40 ans décide que maintenant, il va écouter ses besoins parce que dans sa dernière relation, il s’est senti floué, frustré etc. OH MY GOD, IL LES ÉCOUTE POUR DE VRAI!!! Alors bonne chance si tu veux donner ton avis sur un choix de restaurant, une activité quelconque, la politique, la météo, name it! Le petit monsieur, va écouter SES besoins avec aucune foutue flexibilité. C’est lui qui décide ok? Je vous épargne toutes les autres rencontres où j’ai essayé de persévérer. Je suis brûlée juste à y penser.

sylvie-une

J’ai aussi rencontré un coach de vie (pas pour sortir avec, mais pour consulter).
Oui, c’est un monsieur qu’on m’avait référé. TOUTES mes amies qui l’ont rencontré sont tombées amoureuses dans les mois qui ont suivi, après seulement une rencontre. Elles filent toutes le parfait bonheur. Moi, rien. Peut-être aurais-je dû y aller une deuxième fois

Je me suis accrochée un sourire dans la face en tout temps.
Même quand je suis allée à Revenu Québec (au cas).

J’ai accepté les blind dates.

J’ai fait brûler des pétales de rose avec une chandelle rose un soir de pleine lune.
Tsé, quand tu ne sais plus à quoi te raccrocher… Magiiiiiiie!!

Dans la même lignée… Sous le conseil d’une autre amie, je suis allée voir un voyant.
Tant qu’à y être. Ça donne de l’espoir quelques semaines et ça coûte moins cher qu’un psy. Il m’a prédit que j’allais rencontrer quelqu’un le 17 juin 2015. Ça aurait dû être vrai, car c’était vachement précis. Ben le 17 juin, je suis allée sur la terrasse du Lauréa. Il n’est jamais venu. J’étais un peu insultée. Je suis rentrée complètement saoule à la maison. La seule chose que j’ai rencontrée ce soir-là fut l’aboutissement d’un magnifique mal de tête. Bravo!

Je suis RETOURNÉE voir un voyant (parce que je n’avais rien compris la première fois) pour me faire dire que l’homme de ma vie n’était finalement pas prêt à me rencontrer.
Ah…Va chier!(désolée)

Et je me suis mise à écrire une chronique sur mitsou.com sur les hauts et les bas de mon célibat.

Mitsou: J’aimerais ça que tu écrives pour mon site sur ta vie de célibataire comme tu le fais sur ton Facebook.
Moi: Ouaaaaaaiinn
Mitsou: Ça pourrait t’amener vers d’autres projets comme écrire un livre par exemple.
Moi: Ouaaaaaiiinn
Mitsou: Peut-être même un projet télé?
Moi: Bof!
Mitsou (qui patine): Peut-être que tu vas te faire un chum?
Moi: Ah! Bonne idée! Oui j’accepte!

Bref, personne ne peut dire que je n’ai pas fait d’effort. Je me suis essayée. J’ai ouvert mes yeux et mon cœur. Je suis passée par-dessus ma timidité. J’ai osé. Je suis tombée souvent, mais je me suis relevée chaque fois. Le seul conseil que je n’ai pas suivi est celui de ma vieille chum qui m’a suggéré candidement de sillonner les allées des épiceries pour faire des rencontres. Mais j’me voyais mal me rendre au IGA le vendredi soir pour y passer la soirée. Je ne sais pas pourquoi, mais je le sentais moins, entre une canne de tomates et une canne de bines….

Mais là, je suis fatiguée. Vous écrire depuis 2 mois m’a fait constater à quel point ma vie amoureuse c’est de la marde. Carrément. Le vivre c’est une chose, mais l’écrire, ça remet beaucoup de choses en question. Je ne peux pas dire que c’est négatif, au contraire. Ça m’a amenée à faire de l’introspection, à me recentrer et à faire quelques constats qui me seront salutaires pour mon avenir en tant qu’amoureuse potentielle, peut-être, mais surtout en tant que femme.

Premièrement, j’ai appris que j’étais celle qui donnait des chances tout le temps. Mes limites, je ne sais pas trop où elles sont. Mes amies me disent toutes: Ouvre-toi, apprends à connaître l’autre personne. Oui, c’est vrai que c’est ce qu’il faut faire. Mais qu’un homme s’intéresse à moi n’est pas une raison valable à elle seule pour rester. Je ne dois plus me laisser choisir, je dois choisir moi aussi. Ce que je n’ai jamais fait jusqu’à maintenant.

J’ai appris aussi que ce que je souhaitais comme prince charmant n’était pas réellement ce dont j’avais besoin. Il y a souvent une marge entre nos désirs et nos besoins. Tu peux rêver de rencontrer un homme riche qui va te faire voyager à travers le monde. Mais si tu as peur de l’avion et si tu n’aimes pas quitter ta maison trop longtemps, ce n’est sans doute pas la bonne personne qui devrait occuper tes songes.

J’ai constaté que la pire juge à mon égard était mouaaaa! Oui, j’ai des défauts, mais comme tout le monde. Les petits démons dans ma tête m’ont persuadée pendant des années que je n’étais pas assez ci ou pas assez ça et le pire, c’est que je l’ai vraiment cru. C’est vrai que physiquement, je rêve d’avoir une chevelure avec plus de volume et d’être plus élancée, mais mon sourire fait la job pour deux.

J’ai aussi osé vous écrire, sans filtre et avec beaucoup d’autodérision. J’écrivais pour moi depuis mon enfance, mais faire mon coming out en tant qu’auteure a été une vraie révélation. Quand je lis vos commentaires, quand je croise des gens qui me parlent de mes chroniques, ça me touche énormément. Je ne savais pas que j’étais capable d’écrire pour les autres et le faire me remplit d’un immense bonheur et d’une très grande fierté. Pour moi, c’est une grande victoire. Merci de me lire et merci ma Mits, ma belle amie, d’avoir vu en moi ce que je ne voyais pas.

Mais le plus intéressant, c’est que je me suis aperçue que même si je mène une vie de célibataire, je suis normale. Je ne suis pas plus à plaindre que quelqu’un en couple. Je vis les mêmes choses, mais de façon différente. Ma quête de l’amour aura peut-être été vaine, ma recherche de garde-robes idéaux aussi, mais ce que j’ai acquis est encore plus beau. Et j’ai découvert que même si je marche seule, je suis surtout, profondément et fondamentalement, une femme heureuse. N’est-ce pas ça l’important après tout?

Je prends relâche pour quelques semaines, question de vous revenir avec d’autres histoires.

Je vous embrasse

Sylvie xx

Partager cet article

Vous aimerez également