Vivre

Maman s’entraine au Studio…

Il y a 5 ans, la fille rouge tomate sur le tapis roulant au gym, c’était moi. 5 fois par semaine, 45 à 60 minutes à chaque séance. Courir me relaxait. C’était mon antidépresseur, ma façon de me débarrasser du stress quotidien.

Avec l’arrivée de fiston, la course a été plutôt négligée, voire carrément ignorée. Je faisais une dépression post-partum sans le savoir et toute activité qui demandait de sortir de la maison m’angoissait. Je sortais donc peu de chez moi et ne bougeais pas vraiment (question de vraiment aider ma dépression!). Après quelques mois, j’ai essayé le yoga maman-bébé, mais j’étais tellement nerveuse que mon fils fasse une crise pendant le cours que j’ai fini par ne plus me présenter. J’ai essayé le cardio-poussette, mais ce n’était pas pour moi. J’étais entourée de mamans hyper épanouies, celles qui entendent des chants célestes quand elles allaitent, alors que moi, j’avais pratiquement honte de nourrir fiston au biberon. J’ai fini par laisser tomber cette activité.

Quand je suis retournée travailler, j’ai simplement relégué l’entrainement aux oubliettes. J’essayais de jongler avec boulot et vie de famille pour la première fois et quel choc ce fut! Quand j’ai donné naissance à cocotte deux ans plus tard, je me suis dit que cette fois, j’éviterais la dépression en sortant de la maison. Au diable les préjugés, j’irais me promener au Carrefour Laval, pour voir des gens et pour bouger un minimum! Quelqu’un m’a alors parlé du Studio Moov. J’ai fait une petite recherche pour découvrir un studio d’entrainement maman-bébé, parents-enfants et adultes. Les cours donnés avaient l’air intéressants, les photos montraient un bel endroit, alors je me suis dit pourquoi pas?

Je me suis inscrite à un cours de yoga afin de recommencer doucement. Au premier cours, l’entraineuse nous a répété que nous sommes dans un cours maman-bébé. Ça va pleurer, remplir sa couche, allaiter, bref, ce ne sera pas nécessairement calme et personne ne vous jugera si vous arrêtez pour prendre soin de bébé. Alléluia! Fini l’angoisse de la possibilité de crise de bébé. Je me suis soudain sentie plus légère. Si la petite pleure, je ne dérangerai personne. L’entraineuse vient même réconforter ceux qui pleurent un peu plus fort afin que maman puisse terminer l’exercice. En cas de crise majeure, les proprios ont même pensé à une petite salle pour allaiter, changer une couche ou calmer un gros chagrin. De plus, chaque salle de cours est pourvue de plusieurs tapis d’éveil, de balançoires, d’exerciseurs et de bacs de jouets. Maintenant que cocotte se tient bien, je l’installe dans une «soucoupe» au bout de mon tapis de yoga et elle y joue pendant l’heure que dure le cours. Si elle veut changer de position, je l’assois près de moi et il y a toujours un ou deux amis avec qui mordiller les jouets.

Les entraineuses/propriétaires sont géniales. Ce sont deux sœurs, des mamantrepreneures. Elles sont énergiques, motivantes et savent ce que c’est un corps de maman la première année après l’accouchement. Elles savent aussi combien ça peut être difficile avec bébé par moments et elles nous encouragent à venir quand même au Studio après une nuit difficile ou même si bébé ne coopère pas. Nous sommes toutes dans le même bateau. Tout le monde ici est un peu beaucoup cerné!

Après un moment, je ne voulais plus seulement faire des séances tranquilles de yoga. J’avais envie de bouger, de forcer et d’être courbaturée à nouveau. Zumba, body bar, cardio-boxe, trampo-fit, PiYo, j’ai redécouvert des muscles que j’avais oubliés. J’avais surtout oublié à quel point ils pouvaient me faire mal! Ici, on vous rappellera souvent de bien serrer votre plancher pelvien et de vous «ramasser le nombril» pour que vos abdominaux retrouvent leur place d’avant!

Cet endroit a assurément sauvé mon moral et je n’ai jamais été aussi en forme. Bon, la dépression post-partum est quand même revenue (je ne m’en sauverai jamais apparemment) et j’ai dû prendre des antidépresseurs quand même. N’empêche, elle aurait été probablement pire si je n’avais pas eu le Studio où me rendre 3 fois par semaine pour suer, me dépasser et voir des gens.

studio-1

Connaissez-vous d’autres gyms qui offrent ce genre d’accueil pour les enfants? Si oui, toute l’équipe de Mitsou.com aimerait les connaître!

Vous aimerez également