Culturel

«Nue» de Jean-Philippe Toussaint

nue-une

Voici un roman parfait pour ceux qui ne veulent pas s’étendre sur la lecture d’un livre pendant trois mois, mais qui veulent en avoir plein la tête pendant un weekend.

Je l’ai lu avidement pendant trois jours, plongée dans cet univers sentimental moderne d’un homme qui est follement amoureux de Marie, une jolie créatrice de haute couture à Paris. Il l’aime comme personne ne l’aime, ou plutôt comme bien des femmes voudraient être aimées. Avec une certaine distance, parce qu’ils viennent de se quitter, mais en connaissant tout d’elle. Ses petits travers, les expressions de son visage, sa démarche, qu’il détaille avec poésie, comme si elle était la septième merveille du monde (et elle le devient à nos yeux). Marie est une artiste fougueuse, forte et sensible à la fois, que l’on découvre pendant la première de sa collection au Japon. Elle a créé pour la fin du spectacle, une robe d’ambre et de lumière, sans couture, comme si le corps nu du mannequin avait été plongé dans un pot de miel. La beauté avancera sur scène, ruisselante et magnifique, suivie par un essaim d’abeilles.

Nue est le dernier livre d’un ensemble romanesque de quatre livres, qui a débuté en 2002. Depuis dix ans, Jean-Philippe Toussaint écrit une grande histoire d’amour de ce couple qui s’aime, se quitte et se retrouve, dans Faire l’amour, Fuir, La Vérité sur Marie, et qui se termine avec ce dernier livre, Nue. Magnifique et prenant.

Partager cet article

Vous aimerez également