Culturel

Ode aux ex

walk-une

Mon ex est une maudite folle! C’est ce qu’il m’a dit en m’aidant à monter un sentier escarpé du Mont-Royal (cette idée aussi d’y aller avec des bottes à talon haut!). J’avais rencontré ce bel homme à l’ouverture d’un restaurant du Vieux-Montréal. Il était là, avec des collègues de bureau. J’attendais au bar pour commander un verre, lui aussi. Le service était long et il a commencé à estimer combien de temps le restaurant allait rester ouvert vu le temps d’attente pour s’abreuver. Il m’a fait rire. Le contact était fait. On se donna rendez-vous une semaine plus tard.

On va improviser! C’est ainsi que je me ramasse en talons hauts et en petite robe à marcher sur le Mont-Royal. Note à moi-même : la prochaine fois qu’on t’offre d’improviser pour une date, improvise-toi donc des vêtements confortables. Ce serait nettement plus approprié.

Mais bon là, on s’écarte du sujet.

Donc, lors d’une première rencontre, il vient un temps où les conversations deviennent plus intimes. On parle de nous, de nos expériences et quelque fois de nos ex. Lui, ce ne fut pas très long avant que sa langue se délie pour me raconter ô combien il était malheureux dans sa dernière relation.

– C’était une méchante control freak. Parce que je me couchais plus tard qu’elle, je devais me déshabiller dans le corridor avant d’aller dormir, car le bruit de ma ceinture la réveillait. Madame a le sommeil léger, madame voulait dormir!
– Ah, vous n’êtes plus ensemble depuis combien de temps?
– Un an. On a été ensemble 3 ans. J’ai perdu mes amis parce qu’elle n’était pas capable de les sentir. Mais elle par contre, elle en avait des amies. Elles étaient tout le temps chez nous. Elles mangeaient MA bouffe, buvaient MON vin et se baignaient dans MA piscine.
– Ah
– Tout tournait autour d’elle, tout le temps. On faisait toujours juste ce qu’elle voulait.
– Ah

On continue de marcher et on arrive sur la rue Mont-Royal. Si j’ai bien assimilé tout ce qu’il m’a dit concernant son ex, c’est une névrosée finie, la pire personne que la terre n’ait jamais portée, un genre d’hybride entre Dark Vador et l’affreuse belle-mère de Cendrillon. On arrête dans un café. On commande deux lattés. On arrive pour payer et il me dit : On va faire facture séparée, j’ai trop payé tout le temps pour les filles. J’ai décidé que ça allait être désormais chacun pour soi.

Bon ok. Je pris la facture avec le plus grand des sourires et je lui dis :Je t’invite, ça me fait plaisir. Je devrais être capable de payer encore mon hypothèque ce mois-ci. Ça va être correct.

Je ris. Pas lui. Et je paie la grosse facture de 9 $.

sylvie-une

On continue notre marche. Il me parle toujours de son ex. Avoir su qu’aujourd’hui nous allions former un trio!

– En tout cas, dans ma prochaine relation, il y a un paquet d’erreurs que je ne referai pas. Pis il y a ben des affaires que c’est moi qui vais décider. Moi les folles, j’en ai fait le tour!
– Ah
– Mais je sens qu’avec toi, ça ne sera pas pareil.

Mais qu’est-ce que tu en sais mon bel homme? C’est quoi ta définition de la folie au juste? Moi, quand j’ai regardé « Devine qui vient garder » avec Étienne Boulay et que les enfants qu’il gardait lui ont offert un papillon pour que leur frère décédé veille sur ses enfants à lui, ça m’a fait brailler ma vie! Et veux-tu vraiment que je te jase de « Donnez au suivant »??? Pis ça m’arrive de me lever le matin, de me changer 7 fois et de vouloir donner ma démission juste parce que je ne sais pas comment m’habiller. Aussi, je range mes livres dans la bibliothèque en ordre de grandeur et de couleur parce que je trouve ça beau et parce que ça m’apaise!!! Je fais la même chose avec mes CD!!! J’ai pris une semaine de vacances l’an dernier non pas pour aller dans le sud, mais pour organiser mes garde-robes!!!!! Est-ce que j’entre dans la catégorie des folles tu penses? Suis-je dans tes critères de sélection pour être élue folle de l’année? Sur quoi tu te bases pour dire qu’avec moi, ce ne sera pas pareil? J’ai mis des bottes à talon haut pour aller faire du trekking dans la montagne. Tu devrais avoir un indice, non?

Mais ça, je ne le lui dis pas.

Il me demande alors la fameuse question :

– Pis toi, ton ex?
– Rien à dire, il était super!
– Mais pourquoi vous n’êtes plus ensemble?
– Il ne m’aimait plus, c’est tout, ça arrive.
– Le vois-tu encore des fois?
– Oui ça m’arrive. Nous avons des amis en commun. Mais c’est cool.

Je repense à ce que je viens de lui dire. C’est vrai que je n’ai rien à dire de négatif contre mon ex. Dans chaque relation, nous arrivons avec notre petit baluchon, ce petit ou gros sac que nous traînons derrière nous, rempli de bonnes et de mauvaises expériences amoureuses. Le mien est comme celui de bien des gens, il est bien garni de peurs, de choses à ne plus refaire, de choses que j’ai apprises sur moi, en couple. Mais ce baluchon-là m’appartient. C’est à moi de dealer avec, pas au prochain homme de ma vie.

Des ruptures ça fait toujours mal. Ce sont des échecs à essuyer. J’ai eu mon lot de peine et de douleur. À ma dernière rupture, je souffrais comme si j’étais une plaie ouverte. J’avais mal partout, en dedans comme en dehors. Mais un bon matin, on se lève, on entre dans la douche et on se surprend à chanter de nouveau. C’est long, je vous l’accorde, mais ça passe, croyez-moi.

Je n’ai rien à redire contre mes ex, car on s’est choisis à un moment donné de notre vie. J’ai partagé ma vie avec eux, mon lit, ma vulnérabilité tout comme mes élans de bonheur. Ils m’ont fait rire, ils étaient mes meilleurs amis. Mais ça n’a pas fonctionné, qu’importe la raison. C’est dommage, mais c’est la vie. J’étais fière d’eux à l’époque et je suis heureuse de ce qu’ils sont devenus. Si je suis devenue la femme forte que je suis aujourd’hui, c’est un peu grâce à eux. Bien au chaud au fond de mon petit baluchon, il y a le pardon. Et ce pardon je l’ai appliqué à eux, mais surtout à moi.

Un ami m’a dit un jour que la vie est trop courte pour cultiver l’amertume.

Moi, j’ai décidé de vivre ma vie ainsi, sans rancune… aucune.

C’est vrai que garder de la haine envers quelqu’un, c’est fatigant et surtout, ça ne sert à rien. Un peu comme des talons dans la garnotte du Mont-Royal…

Bel homme, va te pardonner. Tu vas voir, ça fait du bien.

 

Partager cet article

Vous aimerez également