Vivre

Oser s’évader, un excellent remède à l’anxiété!

Dans notre quotidien surchargé, rares sont les moments où l’on se permet de ne rien faire, où l’on se donne le droit de lâcher prise, où l’on ne fait que profiter de l’instant présent. Pourtant, on a tous ancré en nous cette envie folle de s’évader, de mettre un frein à la routine et d’arrêter le temps.

La période estivale vient à peine de commencer que déjà, on entend sur toutes les lèvres la question « qu’est-ce que vous faites pendant les vacances? ». Ce qu’on fait pendant les vacances? Euh… rien. On va profiter de ces quelques jours qui passent toujours trop vite sans avoir rien de prévu à l’horaire, à suivre le rythme de notre horloge biologique plutôt que celui du réveille-matin, à ne faire que ce qu’on a envie.

Difficile à croire, mais la planification des vacances est souvent ardue et angoissante. À titre d’exemple, ma famille et moi adorons louer des chalets. Bien sûr, si le budget et le temps nous le permettaient, nous serions assurément les heureux propriétaires de notre petit coin de paradis au bord d’un lac tranquille, un endroit lumineux à la fenestration abondante, où le quai serait le théâtre de nombreux couchers de soleil majestueux admirés un petit verre de rouge à la main. Hélas, ce n’est pas le cas. Or, si nous souhaitons vivre l’expérience, ne serait-ce que quelques jours durant l’été, il faut nous y prendre des mois, voire une année entière à l’avance! Mais qui sait d’emblée ce qu’il aura envie de faire dans six mois? En tout cas, pas moi.

CHALET MELANIE

Heureusement, grâce à la grande générosité d’un collègue de mon amoureux, nous avons eu la chance d’accéder à un petit coin de paradis pour le long week-end de la Saint-Jean-Baptiste. Quatre grandes journées passées dans le bois, la nature dans son plus simple appareil, sans Internet, sans réseau cellulaire et sans télévision. Au départ, j’avais peur de ce que diraient nos deux belles cocottes de 8 et 10 ans, elles qui sont déjà solidement accros aux sites de musique et de jeux pour enfants. Toutefois, leur réaction a été à l’opposé de ce à quoi je m’attendais : elles ne se sont aucunement plaintes de la situation et n’en ont même pas fait mention!

Bien au contraire, elles ont passé leurs grandes journées dans le lac, à chasser les têtards et les petits poissons. Pendant ce temps, papa et maman se prélassaient au soleil, un bon livre à la main ou profitaient tout simplement du moment présent et du magnifique panorama. Le paradis sur terre, la belle vie, la vraie! Alors que nous avions en bruit de fond le son du vent dans les arbres ou le doux chant des oiseaux, mon esprit reprenait tranquillement un rythme beaucoup plus sain, mon anxiété retombait doucement jusqu’à disparaître complètement. Moi qui, d’ordinaire, suis incapable de ne rien faire, voilà qu’en cet endroit béni, je me le permettais. Que ce soit en laissant sécher la vaisselle lavée au fur et à mesure ou en ne passant pas l’aspirateur malgré les saletés sur le sol, je me suis donné le droit, pour une fois, de lâcher prise. Quel bonheur!

CHALET2

Le soir venu, alors que les filles jouaient avec la voisine dont elles venaient à peine de faire la connaissance, mon amoureux et moi nous sommes retrouvés seuls, à se regarder dans le blanc des yeux. On fait quoi? Habituellement, une soirée tranquille pour nous signifie passer du temps ensemble sur le divan, chacun sur sa tablette, à écouter distraitement des émissions de télévision enregistrées. Mais là, dans ce petit chalet de bois, nous n’avions rien de tout ça! Pour une des rares fois où nous étions privés des réseaux sociaux et de toutes les technologies qui meublent nos vies et desquelles nous sommes beaucoup plus dépendants que nous le croyons, voilà qu’on devait revenir aux vraies bases de la vie, à la simplicité toute nue. Nous avons donc beaucoup discuté et nous avons redécouvert le bonheur de jouer aux cartes. À notre grande surprise, nos filles étaient même assez grandes pour se joindre à nous dans nos jeux de cartes de grands!

Quel beau week-end ça a été! Ces quelques jours passés en famille nous ont permis de solidifier nos liens encore plus et de revenir à l’essentiel: les relations humaines. Grâce au lâcher-prise, j’ai laissé tomber tout ce qui constitue pour moi un élément d’angoisse, j’ai fait le vide dans mon esprit… et j’ai le plein d’amour et de bonheur en famille.

Dans notre quotidien surchargé, rares sont les moments où l’on se permet de ne rien faire. Et si c’était justement ça le secret du bonheur, se donner le droit de décrocher?

Partager cet article

Vous aimerez également