Vivre

Parce que je suis sexologue

Je ne suis pas une nymphomane prête à coucher avec n’importe qui dans n’importe quelle circonstance. Je n’ai pas de dépendance sexuelle, mais plutôt un intérêt marqué pour la sexualité dans toutes ses déclinaisons. Je suis peut-être légèrement plus obsédée que la moyenne des gens par les comportements susceptibles d’augmenter la qualité de vie sexuelle et relationnelle des gens. Pourquoi? Parce que je suis sexologue.

Profession méconnue ou stigmatisée?

75% du temps, lorsque je nomme ma profession, la personne qui me fait face répète le mot «sexologue» avec un petit ton de voix digne d’un DJ dans un club d’effeuilleuses. Je me dis qu’elle est probablement gênée et qu’elle n’a aucune idée de ce que je fais dans la vie. Avec certaines personnes, je m’étiquette, malgré moi, comme une femme plus accessible sexuellement ou encore, si on y va plus crûment dans le jargon québécois, je suis totalement considérée comme «une cochonne». Pourtant, détrompez-vous, je ne suis pas plus «facile» qu’une autre et je n’ai pas un besoin indispensable d’avoir des rapports sexuels nuit et jour. Au contraire! J’ai peut-être des TOC (troubles obsessionnels compulsifs), comme bien des gens, mais ils ne sont pas d’ordre sexuel. Dans ce registre, je préfère choisir mon partenaire et être en plein contrôle de mon plaisir. Et si je suis empathique à vos troubles sexuels comme professionnelle, ça ne veut pas dire que je souhaite les régler dans l’intimité de ma chambre à coucher. Par contre, il me fera plaisir de vous recevoir en relation d’aide à titre de sexologue et d’explorer des pistes de solutions avec vous.

L’Ordre des sexologues du Québec définit ma profession comme suit:

«Le sexologue est un professionnel qui possède une formation […] reconnue par l’Ordre. Cette formation est centrée sur la compréhension du comportement et du développement sexuels de la personne ainsi que sur l’apprentissage de savoirs, savoir-faire et savoir-être visant l’amélioration, le maintien ou le rétablissement de la santé sexuelle.»

En gros ce que ça veut dire, la santé sexuelle, c’est que n’importe quelle expérience sexuelle devrait être une expérience agréable. Les relations sexuelles impliqueraient donc le respect, le consentement des personnes impliquées, et ce, «sans risque[s], libres de toute coercition, discrimination ou violence.». Ça me semble assez logique… Après si votre partenaire aime les fessées et qu’il vous permet de les prodiguer…GO, GO, GO!

Favoriser un meilleur équilibre sexuel

Le sexologue est en fait un professionnel qui œuvre dans le non-jugement ainsi que dans l’écoute active et empathique afin d’aider les gens désirant être confortables dans leur sexualité.

Les possibilités d’intervention sont vastes. Elles vont de l’information générale à la promotion de la santé (protection contre les ITSS, grossesse) jusqu’au rétablissement de la santé sexuelle pour certaines personnes qui luttent avec des troubles sexuels qui affectent leur qualité de vie et celle de leur entourage.

Quand on a mal aux dents, on va chez le dentiste, non? Alors quand on a mal à l’amour, quand on se sent perdu avec nos envies, nos besoins, nos blessures, où allons-nous, selon vous?

Vous aimerez également