Vivre

Photo: Les femmes qui captent les femmes

Cela m’a frappée dernièrement en me rendant au studio de la photographe Marie-Ève Levesque (plus connue sous le nom de Marï photographe sur Instagram et Facebook):  mes plus beaux portraits cette année ont été pris par des femmes. Je peux l’affirmer et vous aussi, car vous les commentez gentiment sur mes réseaux sociaux.

C’est vrai que souvent, les femmes photographient mieux les femmes. Elles vont chercher l’essence, sans brusquer, nous font sentir à l’aise instantanément. Les jeunes photographes ont cette candeur et ce professionnalisme à la fois, mais surtout, elles ont l’oeil pour déposer la lumière et sublimer la beauté de l’humaine qui pose devant elles, comme Marie-Ève Lévesque dont vous voyez souvent le travail sur les pages mode de mitsou.com et qui exposera pour la première fois à compter du 9 mai prochain au Livart.

A post shared by ELLIOT (@elliotmtl) on

Vous pourrez y découvrir les photos format géant de #desgensparmari, fruit du travail d’une année où entre ses contrats de publicité, Marï a photographié les personnalités québécoises à sa manière avec l’aide de sa fidèle équipe. Stylisés à bloc, mais sans perdre de leur naturel, on découvre ces stars d’un autre œil. Peut-être celui de la féminité!

Dans mon temps (oui, je l’aurai dit, dans mon temps, ce qui veut dire les années 80) au moment où j’ai commencé ma carrière de chanteuse, il y en avait très peu. À l’époque, on trouvait une Monique Richard pour douze Jean Blais, Patrice Massé ou Roberto Dutesco. Aujourd’hui, les jeunes femmes photographes sont très présentes, autant sur les tapis rouges qu’en studio. La seule différence? Leur prix. Elles sont moins payées pour leur travail, souvent par leur faute, d’ailleurs. Passionnées et généreuses, elles préfèrent les collaborations inspirantes à la négociation commerciale. Elles offrent souvent sans exiger en retour. Typiquement féminin, direz-vous. Le plafond de verre se retrouve aussi dans l’objectif de la caméra. Autant pour les réalisatrices québécoises que les photographes.

C’est pourquoi aujourd’hui, j’ai envie de saluer mes amies photographes Heidi Hollinger, Stéphanie Lefebvre, Karine Paradis (qui écrit et photographie notre #Dansletapis sur mitsou.com), Andréanne Gauthier qui a signé de magnifiques portraits avec son projet Profil au pluriel.

Vous aimerez également