Vidéo, Vivre

Pis, c’est pour quand les enfants?

quandlesenfants

J’adore l’émission Format familial. Il n’y a pas de tabous, le contenu est beau et bien fait. Les sujets sont rafraîchissants et toute l’équipe à l’écran aborde les sujets de façon intéressante. Le segment Montée de lait est souvent très drôle comme nous avons pu le voir cette semaine avec l’humoriste Katherine Levac. Elle y raconte comment elle n’est pas prête à avoir des enfants, alors qu’elle se le fait souvent demander.

Souvent, en posant la fameuse question pis c’est pour quand les enfants, les gens ont l’intention d’amorcer une conversation sans mauvaises intentions. C’est pourquoi, en général, vous recevez une réaction typique comme Ha ha, c’est pas pour tout de suite ou encore J’ai pas trouvé le bon. Des fois, cette femme vous répondra tout simplement qu’elle n’en veut pas. Voilà!

Mais dans d’autres cas, cette question blesse. Profondément même. Parfois, la personne vous répond d’un sourire poli accompagné d’un regard triste. Un regard qui dit Ça fait 2 ans qu’on essaie ou même Je suis infertile. Vous pourriez être tentés de donner des conseils, de lui raconter des histoires miraculeuses, ou encore d’entrer dans son intimité en lui posant trop de questions…

Mais rappelez-vous

Que cette femme a dû faire le deuil du cheminement souhaité vers la maternité.

Que ce deuil lui a probablement causé beaucoup de tristesse, de colère, de déception, ou même de honte.

Que les procédures médicales parfois invasives la plongent dans une situation où son corps n’est plus totalement sien. Maintenant, il est également aux mains de la science avec toute la froideur machinale qui peut y être associée malgré la douceur des professionnels.

Que les stéréotypes sociétaux font en sorte que dans certains cas, elle se sentira moins femme que les autres.

Que tous ces processus pour aider son infertilité lui causent fort probablement beaucoup d’anxiété. Sans compter les symptômes dépressifs.

Que son couple vit peut-être des difficultés également.

Mais surtout, que non, vous ne pouvez pas comprendre même si votre sœur, amie, mère, collègue est passée par là.

Alors, la prochaine fois que vous voudrez demander Alors c’est pour quand les enfants, rappelez-vous que vous tomberez peut-être tombez sur la femme qui sera blessée profondément par ces quelques mots.

Alors on fait quoi?

Si une femme vous partage des difficultés de fertilité, accueillez ses propos avec la plus grande écoute. Soyez sensibles à son désir d’en dire davantage ou pas. Parfois, un simple J’imagine que ce n’est pas facile ou un Je vais penser à vous très fort pendant vos démarches suffit pour témoigner de votre soutien et de votre empathie. Et bien souvent, cela représente déjà beaucoup.

Partager cet article

Vous aimerez également