Culturel

Pleurer si fort

pleurersifort-UNE

Voici l’histoire de cette photo. La semaine dernière, la police de Rome a été appelée pour se rendre à une propriété. Les voisins entendaient des pleurs et des cris sans comprendre ce qui se passait. En arrivant sur place, quatre policiers ont découvert Jole, 84 ans et Michele, 94 ans, un couple de personnes âgées.

polizia

Crédit photo: buzzfeed.com


Les bruits, c’était eux. Des pleurs. En regardant la télévision, ils étaient bouleversés de constater toute la haine qu’il y a dans le monde. Ils n’ont pas pu retenir leurs larmes face aux images, mais également face au sentiment de solitude. Se sentir si isolés dans ce monde qui va mal, c’est tough.

En remarquant quelques vieux raisins sur la table, l’un des policiers a eu une idée de génie. Une idée toute simple: leur préparer un bon repas. Des pâtes légères, sans prétention, mais préparées avec beaucoup d’empathie et d’amour. Les autres policiers, eux, se sont assis et ont pris le temps de parler avec le couple. Ils ont ramené un peu de chaleur humaine dans leur demeure et dans leurs cœurs. Ce jour-là, les policiers ont donné à Jole et Michele ce qu’il y a de plus précieux: du réconfort.

La dépression chez les personnes âgées

Cette touchante histoire permet d’ouvrir le dialogue sur la dépression chez les personnes âgées. Nous en parlons trop peu. En fait, certains croient à tort qu’il est normal pour les aînés d’être déprimés alors que c’est faux. Lorsqu’il y a détresse, il est important d’intervenir et ce, peu importe l’âge.

Selon la Société canadienne de psychologie, de 15 à 20% des personnes âgées qui vivent de façon autonome sont dépressives. Ce pourcentage augmente lorsqu’on réfère aux aînés qui souffrent de maladies graves. Aussi, lorsqu’il y a présence de symptômes dépressifs importants, le risque de suicide s’élève. En fait, la dépression est la cause la plus importante de suicide pour cette tranche d’âge. La dépression peut passer inaperçue pour l’entourage puisque plusieurs personnes âgées n’ont pas le réflexe de rapporter leurs symptômes psychologiques. Ils sont souvent plus à l’aise d’aborder leurs difficultés physiques, et ces dernières sont également plus apparentes pour l’entourage. Soulignons également que les personnes âgées dépressives s’activent moins, ce qui entraîne également des effets physiques néfastes. La distinction entre symptômes physiques et somatisation, c’est-à-dire ressentir des maux physiques dont la cause est mentale, peut donc être difficile.

Il est donc important d’être empathiques, tout comme les policiers, envers les personnes âgées. Cette période de vie peut venir avec son lot de chamboulements identitaires, d’adaptation physique, de deuils des autres et de parts de soi.

N’hésitez pas à approcher votre CSSS ou un psychologue si vous croyez qu’une personne âgée de votre entourage a besoin d’aide. Surtout si vous remarquez certains changements inquiétants. Par exemple, voici certains facteurs de risque ainsi qu’une liste de symptômes qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille.

Facteurs de risques

Antécédents de dépression, maladie grave, douleurs chroniques, perte fonctionnelle (difficulté grandissante à marcher, à monter des escaliers, etc.), veuvage, placement du conjoint en CHSLD, décès récent d’un enfant ou d’un petit-enfant (entraînant une culpabilité: Pourquoi ce n’est pas moi?), isolement social, deuils multiples et perte du réseau social et émotif, baisse subite de revenus ou difficultés financières, perte d’autonomie, situation d’abus (physique, psychologique, financier), rôle de proche aidant (épuisement, inquiétude, angoisse face à la mort).

Principaux symptômes

Instabilité, agressivité, troubles de la mémoire (sans cause physiologique), démotivation, ennui et tristesse soutenus, perte d’appétit et de poids, sensation de vide intérieur (ex: Je ne sers plus à rien.), perte du sentiment que la vie a un sens, isolement volontaire, désintéressement soudain et accru envers les activités quotidiennes, changement d’hygiène, indices de suicide annoncé.

N’oubliez pas que dans ce monde où tout va trop vite, un petit plat de pâtes, une belle pensée pour quelqu’un qui n’a pas souvent de visite, ça fait du bien.

Parce que la gentillesse et le partage ont un goût de bonheur qui ravit non seulement les papilles, mais aussi le cœur.

Partager cet article

Vous aimerez également