Vivre

Pour en finir avec les régimes et les troubles alimentaires

kilozen

Ah! Les troubles alimentaires… l’anorexie, la boulimie, l’hyperphagie, l’orthorexie. On en parle, mais les connaissez-vous vraiment? Je vous propose aujourd’hui deux livres abordant ces thèmes ainsi que la quête d’un poids naturel, sans régime et sans restriction. Deux livres… À dévorer!

Kilos Zen

Kilos Zen est un bouquin sur le bonheur de manger juste assez, écrit par la nutritionniste Guylaine Guevremont et la journaliste Marie-Claude Lortie, le tandem derrière Mangez, vendu à plus de 30 000 exemplaires. Marie-Claude Lortie découvre pour nous les meilleurs restos de la planète en nous en parle dans La Presse. Comment fait-elle pour ne pas prendre de poids est LA question à laquelle elle doit répondre le plus souvent. Elle explique dans les pages de Kilos Zen que la privation est la meilleure chose à faire pour outre manger plus tard. Qu’il faut plutôt goûter à la nourriture quand on en a envie avec tous nos sens, pour le plaisir, et écouter ses signes de satiété. Les interdits garantissent les crises alimentaires, parce qu’au-delà de l’impact des régimes sur le corps , la restriction cognitive fait autant de ravages.

Sa coauteure Geneviève Guevremont qui est directrice de la clinique MuUla présente un programme de six semaines comprenant de nombreux exercices qui abordent tant le rapport à la nourriture que la relation avec le corps. Geneviève et Marie-Claude vous le diront elles-mêmes, on ne règle pas une relation malsaine avec la nourriture en criant ciseau, mais on peut certainement arriver à se libérer des réflexes et perceptions pour retrouver l’amour de son corps.

mc_lortie_g_guevremont

Crédit photo: Laurence Labat photographe

Lundi je me mets au régime

Si le binge eating est votre réflexe pour passer au travers du stress, je vous propose le livre Lundi, je me mets au régime de Geneviève Arbour, diététiste-nutritionniste et Judith Petitpas, travailleuse sociale, un guide pratique pour retrouver un poids naturel et se défaire de l’hyperphagie boulimique.

Qu’est-ce que l’hyperphagie? C’est un trouble alimentaire complexe, différent de la boulimie et de l’anorexie. Il n’est pas associé aux vomissements, à l’usage de laxatifs, à l’exercice physique intense ou au jeûne. La personne atteinte avale une quantité exagérée de nourriture sans compenser ou éliminer la nourriture ingérée par la suite.

Comment elle se manifeste

L’hyperphagie se manifeste par l’absorption, en une période de temps limitée, d’une quantité de nourriture supérieure à ce que la plupart des gens ingéreraient en une période de temps similaire. Les crises peuvent prendre la forme d’orgie de grande intensité, de grignotage compulsif tout au long de la journée ou de surconsommation au-delà de la faim pendant les repas. Pour reconnaître l’hyperphagie, il faut qu’elle soit associée à au moins trois de ces caractéristiques :

  •    Manger beaucoup plus rapidement que la normale;
  •    Manger jusqu’à éprouver une sensation pénible de distension abdominale;
  •    Manger de grandes quantités de nourriture en l’absence d’une sensation physique de faim;
  •    Manger seul parce que l’on est gêné de la quantité de nourriture que l’on ingère;
  •    Se sentir dégouté de soi-même, déprimé ou très coupable d’avoir mangé.

Ce trouble alimentaire est plus répandu que l’on pense. 2,4% de la population en souffrirait comparativement à 1,2% pour l’anorexie et la boulimie. Si on fait le calcul, 192 000 Québécois ou l’équivalent de la ville de Sherbrooke en souffriraient. Les femmes et les hommes sont également touchés par ce trouble.

Poids naturel, sans restriction, avec compassion

  • Dans les deux livres, on s’entend sur les mêmes principes.
  • Il faut trouver son poids naturel, celui que l’on atteint quand on mange en écoutant nos signaux de faim et de satiété.
  • Il faut apprendre à manger sans restriction, en se libérant de la croyance qu’il y a de bons et de mauvais aliments.
  • Il faut remplacer la culpabilité par la compassion en s’offrant une bienveillance et un confort inconditionnel pour éviter de tomber dans les états destructeurs comme la peur, la colère ou l’isolement.

Ces livres sont un premier pas vers un accord de paix entre le corps et l’esprit. Par expérience personnelle, je dois vous avouer que ce genre de trouble est un travail quotidien et que les rechutes font aussi partie de l’expérience. C’est pour cela que l’on doit s’équiper de ressources extérieures. Pour une démarche approfondie, sachez que plusieurs cliniques offrent aujourd’hui des consultations en privé et en groupe, et même des modules en ligne pour vaincre les troubles alimentaires.

Si vous êtes passé par ce genre de difficulté, je serais bien heureuse de savoir quels méthode ou consultant vous ont aidé à vous sortir d’une relation trouble avec la nourriture?

Partager cet article

Vous aimerez également