Vivre

Problèmes de comportement: lorsque tout ne se passe pas comme prévu

enfantprobleme

En septembre, plusieurs photos de premier jour d’école apparaissent sur nos fils Facebook! Un beau sac à dos tout neuf, des chaussures bien lacées et un beau sourire sur le visage de votre bébé qui n’en est plus vraiment un.
Puis arrive octobre. Dans le meilleur des cas, votre enfant a toujours son beau sourire et vous aussi. Dans d’autres cas, le sourire a plutôt fait place à la tristesse, l’inquiétude, voire la colère. L’enseignant note certains problèmes de comportements chez votre enfant. Ce dernier ne tient pas en place, pousse, crie, frappe, n’écoute pas les consignes et reçoit diverses punitions au quotidien.

Ce n’est clairement pas l’expérience scolaire que vous aviez imaginée. Souvent, vous le redoutiez compte tenu des comportements de votre enfant à la maison, mais vous espériez tout de même un autre déroulement. Maintenant, que faire?

Une communication ouverte avec l’enseignant(e)

N’attendez pas que votre boule d’inquiétude vous envahisse. Approchez l’enseignant (e) de votre enfant et planifiez une rencontre. Vous avez besoin d’être rassuré sur le fait qu’il ou elle a à cœur le développement de votre enfant. Vous entendrez probablement aussi que votre enfant n’est pas étiqueté comme mauvais, mais bien qu’il a besoin de soutien. Une rencontre vous permettra d’avoir l’heure juste, et surtout, de convenir d’un plan pour modifier la situation. 

Soyez prêts à travailler

Vous pourriez être tentés de porter tout le blâme sur l’environnement scolaire de votre enfant. Toutefois, sachez que peu importe l’effet qu’a l’école sur lui, vous devrez également travailler à la maison. Parfois, cela peut être de récupérer à la maison le style d’encadrement de l’école. Ou encore, vous pouvez aider votre enfant à exprimer ses émotions face à ce qu’il vit. Envisagez également que l’école n’explique pas toujours tous les problèmes. Parfois, c’est plutôt la situation familiale qui affecte les comportements présents en classe (ex.: chicanes, anxiété ou dépression des parents, précarité financière, etc.). Bref, soyez prêts à être honnêtes et humbles pour réfléchir à votre influence sur votre enfant également. 

Partager cet article

Vous aimerez également