Vivre

Quand la vie nous donne des leçons

Depuis 28 ans, je conseille des gens qui traversent la pire crise de leur vie: une rupture familiale.  Je leur prodigue des conseils juridiques, financiers et oui, psychologiques, le tout avec une dose de compréhension et surtout, de compassion. Et pour comprendre et ressentir de la compassion pour autrui, il faut pouvoir se mettre un petit peu dans les souliers de nos clients.

Mais mon Dieu qu’on devient plus compréhensive quand cela nous touche personnellement…

Durant ma carrière, il est arrivé fréquemment qu’une cliente ou client me demande: c’est pour quand mon papier de divorce? Lorsque tout l’aspect juridique était réglé et que le papier de divorce était plus ou moins urgent, je ne comprenais pas la nécessité d’avoir tout de suite en main ce document. La séparation est réglée, sa vie est refaite, pas d’intention de se remarier pour l’instant, c’est quoi donc cet empressement?

Je ne comprenais pas. Jusqu’à ce que mon chum, qui était en instance de divorce, arrive à la maison après une séance de médiation. «On a tout réglé», m’a-t-il dit. «Mais on va attendre encore six mois pour obtenir le jugement». Et les raisons étaient financières, très pratiques, logiques et plausibles. Mais moi, je voulais voir son papier. Et voilà que, contre toute attente et de façon inattendue, j’ai éclaté en gros sanglots: «Tu ne divorceras jamais!», lui dis-je. Il m’a regardée avec étonnement. Mais voyons…

Nous habitons ensemble, nous sommes en amour, le divorce est réglé, mais moi, je veux le papier! Quelle leçon de vie!  Après toutes ces années, j’ai enfin compris l’empressement de mes clients.  Le papier signifie la fin d’une étape, le début d’une nouvelle, la confirmation palpable que cette partie de notre vie est terminée. J’ai vraiment saisi toute son importance.

Mais la vie avait une autre leçon pour moi…

Mon époux (eh oui, on s’est mariés!) a une fille de 33 ans, que j’adore. Elle se marie bientôt et l’ex de mon époux a eu l’excellente idée qu’on déjeune tous ensemble pour la fête de sa fille, pour ainsi briser la glace avant les noces. C’était une surprise pour ma belle-fille.

Voilà que c’était à mon tour d’appliquer dans la vraie vie les conseils que je donne depuis des années. En effet, combien de fois ai-je répété ad nauseam aux parents que je représente: La seule chose que votre enfant veut, c’est de voir que ses parents et la famille élargie peuvent être ensemble sans conflit. Étant moi-même une enfant qui n’a jamais vu ses parents ensemble (et qui se haïssaient jusqu’au jour de leur mort respective…) je pouvais certainement comprendre l’impact de cela.

Mais déjeuner avec l’ex de mon mari? Pas sûre… Les babines devaient suivre les bottines, comme on dit. C’était donc à mon tour de suivre mes propres conseils. Et d’accepter aussi que ce moment serait peut-être un petit peu inconfortable pour plusieurs d’entre nous, mais qu’il fallait passer par-dessus notre petit inconfort et penser au bonheur de l’enfant, même si l’enfant a 33 ans.

Quelle excellente idée de la mère de ma belle-fille! Quand celle-ci nous a vus tous ensemble, elle a éclaté en sanglots. Et sur sa page Facebook, elle a mis une photo de nous tous et elle a écrit:

Meilleure fête a vie être entourée de ma famille c’est le plus beau des cadeaux.

Wow.  J’ai vraiment compris. Si, à 33 ans, tu es si heureuse d’être entourée de ta famille, imagine un enfant de 10 ou 15 ans… Que j’étais fière de mon époux d’avoir accepté l’invitation. Que j’étais contente d’avoir cessé de penser à mon petit confort à moi. Une vraie leçon de vie à retenir…

Certainement, il y en aura d’autres!

La vie vous a-t-elle déjà servi des leçons?

Vous aimerez également