Vivre

Se réconcilier avec la cabane à sucre

Comment se réconcilier avec la cabane à sucre quand on a mangé dans des cabanes industrielles qui te servent de la bouette aux œufs, en te faisant comprendre de manger rapidement pour faire de la place aux autres? Comment se réconcilier avec le sugar shack quand on nous a servi un cochon avec la tête dans une cabane à la mode?

Je suis allée à reculons (j’y reviendrais maintenant à la course!) dans une bonne vieille cabane familiale, celle de la famille Éthier à St-Benoit de Mirabel. J’y allais pour la forme avec des amis et fus charmée par cet endroit tenu dans l’œuvre de l’art par le même clan depuis 30 ans.

C’est Madame Éthier qui fait souffler ses omelettes depuis le début de l’aventure. Ici, pas de réinvention de recettes. On y retrouve les mêmes plats d’antan préparés avec grand soin avec des ingrédients de première qualité : bines pas trop sucrées, jambon sans gras, patates grillées et bien assaisonnées, betteraves dans le vinaigre, etc. L’équipe y est plus qu’amicale et les différentes petites salles créent une atmosphère intime.

Quand on finit son Grand-père dans le sirop, il est temps de se rendre au cœur de la cabane, où est préparée la tire. Je me suis retrouvée comme à l’époque de mes 8 ans, à goûter à ma tire, en regardant bouillir l’eau d’érable.

La réconciliation se fait si simplement quand on retourne aux sources! 🙂

Partager cet article

Vous aimerez également