Vivre

The Biggest Loser: pourquoi ils ont repris leur poids

biggest-looser-cover2

Les participants de la saison 8 de The Biggest Loser ont perdu des centaines de livres afin, bien sûr, de remporter le défi, mais surtout d’être en bonne santé et d’améliorer leur qualité de vie. Une étude menée sur les participants de cette saison sur une période de 6 ans a mené à une découverte stupéfiante.

Danny Cahill est le gagnant de la saison 8 et celui qui a perdu le plus de poids toutes saisons confondues. Il a perdu, en sept mois, un total impressionnant de 239 livres. Le soir de la pesée finale, l’homme qui pesait 430 livres au départ n’en pesait plus que 191. «J’ai repris le contrôle de ma vie», a-t-il déclaré. Malheureusement, au fil des ans et malgré de nombreux efforts, il a repris plus de 100 livres. En fait, la plupart des 16 participants de cette saison ont repris une bonne partie, si ce n’est la totalité du poids perdu pendant l’émission.

Gauche: Chris Haston/NBC Universal via Getty; Droite: Trae Patton/NBC Universal, via Getty

Danny Cahill (46 ans)
Poids: Avant l’émission: 430 lbs – Finale de l’émission: 191 lbs – Maintenant: 295 lbs

 

Gauche: Chris Haston/NBC Universal via Getty; Droite: Trae Patton/NBC Universal, via Getty

 

Manque de volonté? Retour des mauvaises habitudes? Pas nécessairement.

Kevin Hall, un scientifique ayant un faible pour la téléréalité, a eu l’idée de suivre les participants de The Biggest Looser jusqu’à 6 ans après la finale de l’émission. Le projet au départ était de mesurer ce qui arrivait aux personnes qui perdent beaucoup de poids à l’aide d’un régime et d’un programme d’activité physique intensifs. Les résultats de la recherche sont stupéfiants. Ils démontrent que le corps s’acharne à reprendre le poids perdu. Oui, oui. Vous avez bien lu!

Le problème se situe au niveau du métabolisme de base qui détermine combien de calories brûle une personne lorsqu’elle est au repos. Au début de l’émission, les participants, tous obèses, avaient un métabolisme normal pour leur poids ce qui signifie qu’ils brûlaient un nombre de calories normal pour leur taille. À la fin de l’émission, leur métabolisme avait drastiquement ralenti et leur corps ne brûlait plus assez de calories pour conserver leur nouvelle silhouette.

Les chercheurs s’attendaient à un ralentissement du métabolisme juste après l’émission, mais ils ont été surpris de constater qu’il ne revenait pas à la normale au fil des ans.

À lire aussi: Le poids yoyo

M. Cahill est l’un des pires cas. Après avoir repris plus de 100 livres, son métabolisme est maintenant si lent, que simplement pour maintenir son poids 295 livres, il doit manger 800 calories de moins qu’un homme typique du même poids.

UNE QUESTION DE BIOLOGIE

Le problème auquel font face les participants de la téléréalité aide à expliquer l’insuccès des programmes contre l’obésité. Leur expérience a démontré que le corps se bat pendant des années pour reprendre son poids.

La plupart des gens qui ont essayé de perdre du poids savent à quel point il est difficile de conserver sa nouvelle silhouette et plusieurs se blâment lorsque les livres perdues reviennent. La recherche sur l’obésité a démontré à plusieurs reprises que les gens au régime sont à la merci de leurs corps qui utilise les hormones et ralentit son métabolisme pour les faire revenir à leur poids initial et ce, qu’ils aient perdu une centaine de livres ou simplement les 10 ou 15 livres que beaucoup essaient de perdre.

J’ai été extrêmement touchée par cet article du New York Times que je vous suggère fortement de lire si vous maîtrisez l’anglais.

Voici quelques photos des concurrents de qui on raconte l’histoire.

Gauche: Chris Haston/NBC Universal via Getty; Droite: Trae Patton/NBC Universal via Getty

Dina Mercado (35 ans)
Poids: Avant l’émission: 248 lbs – Finale de l’émission: 173.5 lbs – Maintenant: 205.9 lbs

 

Gauche: Chris Haston/NBC Universal via Getty; Droite: Trae Patton/NBC Universal via Getty

 

Gauche: Chris Haston/NBC Universal via Getty; Droite: Trae Patton/NBC Universal via Getty

Sean Algaier (36 ans)
Poids: Avant l’émission: 444 lbs – Finale de l’émission: 289 lbs – Maintenant: 450 lbs

 

Gauche: Chris Haston/NBC Universal via Getty; Droite: Trae Patton/NBC Universal via Getty

 

Gauche: Chris Haston/NBC Universal via Getty; Droite: Trae Patton/NBC Universal via Getty

Amanda Arlauskas (26 ans)
Poids: Avant l’émission: 250 lbs – Finale de l’émission: 163 lbs – Maintenant: 176 lbs

 

Gauche: Chris Haston/NBC Universal via Getty; Droite: Trae Patton/NBC Universal via Getty

 

Gauche: Chris Haston/NBC Universal via Getty; Droite: Trae Patton/NBC Universal via Getty

Rudy Pauls (37 ans)
Poids: Avant l’émission: 442 lbs – Finale de l’émission: 234 lbs – Maintenant: 265 lbs

 

Gauche: Chris Haston/NBC Universal via Getty; Droite: Trae Patton/NBC Universal via Getty

 

Gauche: Chris Haston/NBC Universal via Getty; Droite: Trae Patton/NBC Universal via Getty

Tracey Yukich (44 ans)
Poids: Avant l’émission: 250 lbs – Finale de l’émission: 132 lbs – Maintenant: 178 lbs

 

Gauche: Chris Haston/NBC Universal via Getty; Droite: Trae Patton/NBC Universal via Getty

 

Il y a toujours un poids que l’on arrive à maintenir sans effort. Celui-ci peut varier au fil du temps, mais somme toute nous avons un poids facile à maintenir et notre corps fera tout pour le défendre. M’étant battue pendant des années contre ma génétique je comprends mieux aujourd’hui combien le corps humain est à respecter dans son essence et dans sa forme.

Selon le Dr David Ludwig, le directeur du New Balance Foundation Obesity Prevention Center, cela ne signifie pas que nous soyons voués à nous battre contre notre corps ou à être gros, cela signifie qu’il faut trouver de nouvelles approches et plusieurs scientifiques sont d’avis que le maintien du poids doit être traité comme un sujet distinct de la perte de poids. En plus du ralentissement du métabolisme, les chercheurs ont noté une chute de leptine, une hormone qui contrôle la faim. La perte de poids entraînerait un déclin de la production de leptine et donc une plus grande faim. La science cherche maintenant des façons de déjouer ces mécanismes afin de lutter plus efficacement contre l’obésité et faciliter le maintien d’un poids santé.

D’ici là, on essaie d’être indulgent envers soi-même et on se rappelle que la santé n’est pas un chiffre sur la balance, mais plutôt un état général. Bien manger, bouger et dormir suffisamment sont tous des facteurs-clés pour être en bonne santé physique et mentale.

Photo couverture: Tyler Golden/NBC

Partager cet article

Vous aimerez également