Vivre

Un Noël retardé

Ce soir, on a fait le sapin de Noël, ma fille et moi.

Oui, oui, le 28 décembre. Trois jours après Noël.

Mon sapin allumait juste dans le bas, je trouvais pas mon extension, mes décorations étaient dans une boîte ensevelie sous un million d’autres boîtes, dans le fin fond d’un garde-robe dont le contenu menace de m’enlever la vie chaque fois que je daigne en ouvrir la porte.

Fait que j’me suis dit «fuck off, m’a juste en acheter un autre, ostie de sapin».

Pis t’sais, ces derniers temps, tout me semble une montagne. C’est pas pour rien que je me suis sauvée à Cuba dernièrement. J’avais besoin de m’éloigner de toutes mes responsabilités. J’avais besoin de me regarder le nombril un peu.

Y’est pas mal cute, mon nombril, by the way.

Surtout à Cuba.

Ça m’a fait pas mal de bien.

Mais bon, j’avais pas d’argent pour acheter un autre sapin avant Noël. Mon voyage était pas gratuit, les sous se sont fait plus rares que j’aurais espéré et un paquet d’imprévus se sont pointés.

Ça fait que je me suis ramassée avec pas plus d’argent pour acheter des cadeaux non plus.

J’ai pensé faire ma old-fashioned, pis câlisser trois-quatre oranges dans des bas de Noël, mais je me suis ravisée: mes enfants n’apprécieraient probablement pas.

La simplicité est plutôt involontaire chez mes enfants, you know.

Ça fait que j’ai passé un bon deux jours à mal dormir pis à stresser avec ça; à me dire que j’étais donc ben indigne comme mère pis que j’aurais donc dû prévoir mes affaires mieux que ça, t’sais veux dire.

J’ai beau être monoparentale et payer une pension chaque mois; j’ai beau être seule avec toutes ces responsabilités financières, j’aurais pu faire un peu plus d’efforts.

Pis là, j’me suis réveillée.

J’me suis demandé: «C’EST QUOI ÇA CÂLISSE? POURQUOI J’ME STRESSE CHAQUE ANNÉE COMME UNE ÉPAISSE? POURQUOI JE SUBIRAIS ÇA? POURQUOI J’IRAIS PASSER DES HEURES À ME BATTRE POUR ME FRAYER UN CHEMIN DANS DES CENTRES D’ACHATS BONDÉS DE GENS FRUSTRÉS D’LA VIE PARCE QU’ILS SONT EN TRAIN DE DÉPENSER DE L’ARGENT QU’ILS N’ONT PAS ET QU’ILS SAVENT D’AVANCE QUE LE MOIS DE JANVIER SERA ROUGH EN OSTIE, PIS PEUT-ÊTRE MÊME FÉVRIER ITOU?»

Ça fait que j’ai décidé que ma progéniture et moi allions fêter Noël au jour de l’An.

That’s it.

Une semaine de plus pour travailler et acheter des cadeaux.

Pis mes enfants sont vraiment hot.

Quand je leur ai fait part de mon plan de procrastination de Noël, ils ont trouvé ça fucking nice comme idée. Comme ça, on étirerait les festivités et ils recevraient des cadeaux deux fins de semaine d’affilée!

Parce que oui, bien sûr, ils ont reçu des cadeaux de tout le reste de la famille, et ce, durant la vraie fin de semaine de Noël.

Couchée sur mon sofa à regarder mon sapin à 23$ rempli de décorations à 50% de rabais, j’analyse tout ça et j’en conclus que je n’ai aucun regret.

De toute façon, le plus gros cadeau, je l’ai donné bien en avance à mes enfants: je leur ai offert une mère souriante et dépourvue de stress pour le temps des Fêtes.

Ça, ça n’a pas de prix.

Pour le reste, il y a MasterCard.

Vous aimerez également