Culturel

Un pont entre deux mondes

Crédits photos: Pascal Gélinas

J’ai une famille inspirante. Du côté des Rioux, il y a entre autres ma tante Jeanne-Mance. Elle a été accoucheuse au Nicaragua puis aidante dans un camp de réfugiés au Rwanda. Elle raconte parfois sur ce blogue sa retraite-épopée. Du côté des Gélinas, j’ai envie aujourd’hui de vous présenter mon oncle Pascal, qui fut réalisateur de l’émission Découverte pendant des années et qui a produit un documentaire que je qualifierais d’extraordinaire (mais encore, je suis sa nièce) intitulé Un pont entre deux mondes qui sera diffusé sur ICI RDI dans le cadre des GRANDS REPORTAGESle mardi 7 février prochain à 20 h. 

Le documentaire raconte l’histoire de Gilles Raymond, un Québécois qui s’est installé en Indonésie, sur l’île de Florès en 2000, pour tenter de combattre la pauvreté dans la région. En travaillant avec les gens de l’île, il a réussi à transformer leur environnement et à les sortir de la misère.

Gilles a bâti un véritable mouvement, avec comme bureau la forêt, sans argent ni même de véhicule. Une véritable leçon pour nous tous, qui nous sentons impuissants devant la pauvreté dans notre propre pays. Cet homme qui s’est battu des années pour combattre la fermeture des villages en Gaspésie et dans le Bas-Saint-Laurent a aidé la population de Florès à développer la culture du gingembre.

Il faut voir le sourire des familles, fières de recevoir l’argent de leurs premières moissons. Depuis, chaque famille a réussi à acheter son terrain et vit maintenant de ses récoltes. Une victoire de l’autonomie et de la dignité humaine.

Pour cela, il a fallu se battre. En arrivant en Indonésie, un pays qui renoue avec la démocratie après 32 ans de dictature, Gilles a constaté qu’une bonne partie des fonds octroyés par l’aide internationale aboutissait dans les poches des dirigeants d’ONG locales. Pour contrer la corruption, il a travaillé avec le clergé de la région pour créer une formule se rapprochant des prêts d’honneur, comme au Québec dans les années 60. Avec le Projet Otonomi, il a créé un lien direct entre des familles québécoises qui prêtaient sans intérêts à celles de là-bas.

Ensemble, ils ont ouvert un chemin entre nos deux hémisphères, à une époque où l’aide au développement international est trop souvent remise en question. Habité par le courage, le sourire des enfants et le lien avec les ancêtres, le film de mon oncle Pascal témoigne de ce retour aux sources et à la fraternité.

LES EXPLOITS ET LES RÊVES DE GILLES

Gilles Raymond a également fait des pieds et des mains pour changer la mentalité des politiciens face au recyclage et à l’écologie. Il faut voir les images des montagnes de déchets de la ville qui sont jetés sur la campagne indonésienne sans remords, comme une grosse cicatrice sur le paysage. Amoureux de la nature, Gilles veut terminer ses jours à Florès, mais rêve d’emmener ses enfants pêcher en Gaspésie. On lui souhaite pour bientôt!

Puisque le documentaire est d’abord l’histoire d’humains qui aident d’autres humains, Dazmo est fier d’avoir bossé sur la production sonore. (C’est même mon papa Alain qui fait plusieurs des voix hors champ!)

Le documentaire Un pont entre deux mondes de Pascal Gélinas sera présenté aux Grands reportages d’ICI RDI le 7 février 2017 à 20 h, et sur ICI Tou.tv à compter du 8 février.

Crédits photos: Pascal Gélinas

Partager cet article

Vous aimerez également