Culturel

La fille qui préférait le vert

Hier, je suis allé magasiner et je n’ai pu m’empêcher d’écouter la conversation d’une grand-mère qui voulait acheter un chandail à sa petite fille.

– Tiens, prends celui-là.

– Non, je préfère le vert.

– Ben non, le vert c’est pour les garçons, toi tu es une fille alors prends le rose.

Vous savez quoi? C’est la petite fille qui a gagné, au grand désespoir de sa grand-mère.

Nous sommes tous différents, non? Pourquoi une fille ne pourrait-elle pas aimer le vert ou le bleu? On possède nos propres qualités, nos défauts, nos talents, nos goûts et nos différences.

Je suis un homme et j’enseigne au primaire. Mon chanteur favori est taïwanais, je ne vais pas me coucher avant d’avoir mangé mes 8 à10 portions de fruits et légumes par jour et je ne bois pas d’alcool.

Mohamed, un ancien élève, était différent, car il avait 6 doigts sur chaque main. Comme il disait, il est chanceux, car il peut compter sur ses doigts jusqu’à 12 au lieu de 10, comme les autres enfants! Il a toujours eu un bon sens de l’humour et ses deux petits doigts en extra faisaient partie de lui.

Julia, à qui j’ai eu la chance d’enseigner il y a 5 ans, ne portait que du noir et elle avait deux mamans.

Plusieurs fois par semaine, Vincent, un de mes élèves, arbore fièrement son t-shirt rose. Et pourquoi pas? Ses caramarades ont sûrement déjà passé un commentaire plus ou moins gentil, mais cela ne l’empêche pas de le porter et je trouve ça génial.

Dans ma classe, nous sommes 19. Nous avons des similitudes, mais nous sommes tous différents. Une classe, c’est une mini société et on doit apprendre à se côtoyer, à s’accepter et à vivre ensemble. En dehors de la classe, c’est la même chose. Pendant les récréations et sur l’heure du dîner, les élèves doivent interagir avec 400 autres. Ce n’est pas toujours facile, mais ça fait partie de l’apprentissage de la vie. C’est un sujet qui me tient à coeur et j’en parle régulièrement avec mes élèves.

Qui a dit que les garçons devaient porter du bleu? Qui a dit qu’on devait tous jouer au hockey? Qui a défini la normalité?

Soyons fiers de ce qui nous distingue! Nous sommes tous différents et c’est justement ça qui est beau et qui est riche!

Auggie Pullman

Vous connaissez Auggie Pullman? Il est différent lui aussi. C’est un petit garçon de 10 ans qui, comme les autres, joue sur sa console de jeux et fait du vélo. Mais Auggie, lui, fait fuir les autres par sa différence. Il est le héros du film Merveilleux qui sortira en salle le 17 novembre et met en vedette Julia Roberts, Owen Wilson et Jacob Tremblay. Dans l’histoire, Auggie Pullam est né avec une importante malformation faciale. Lorsqu’il rejoint les bancs de l’école pour la première fois, inutile de vous dire qu’il fait tourner plusieurs têtes. Sera-t-il accepté de tous?

Ce film est inspiré du livre Wonder, de R.J Palaccio. C’est à la fois drôle et touchant, rempli d’espoir, de larmes et de rire. Un vrai baume pour le coeur. On s’attache beaucoup au jeune Auggie et, de page en page, on vit avec lui son aventure peu banale. À lire avant ou après le film, à votre guise!

Je me demande comment mes élèves accueilleraient Auggie Pullman. Je suis certain qu’ils lui poseraient plusieurs questions, qu’ils le regarderaient avec intérêt pendant 2 jours puis, un peu comme pour Mohamed, mon ancien élève aux 12 doigts, il ferait partie de la gang, comme les autres.

Et vous, en quoi êtes-vous différents?

Vous aimerez également