Tendance

Réinventer les lunchs avec les bentos

Quand j’ai su que Valérie Lévesque du blogue Les bentos de Valérie sortait un livre du même nom, je lui ai écrit personnellement pour lui manifester mon intérêt à lire son premier ouvrage. En moins de deux, j’ai reçu ma copie. Et là, honte à moi, j’ai repoussé ma lecture de quelques jours, puis semaines, en me disant que si je voulais parler en pleine connaissance de cause de ses fameux lunchs bento, il fallait que je les essaie moi-même. Entre vous et moi, je n’avais vraiment pas le temps de me mettre à faire des fleurs avec des carottes un soir de semaine. Et c’est là que j’avais tout faux!

Qu’est-ce que c’est que le bento?

«L’art bento est populaire sur tous les continents, mais sa philosophie de base reste la même partout, soit compartimenter pour créer une unité.», explique Valérie dans son livre.

On les voit souvent à l’asiatique, comme ça vient du Japon (de là ma perception des sculptures de légumes). Ce qu’il y a de cool, c’est qu’on peut adapter le bento à la québécoise sans problème et sans se compliquer la vie. L’idée, c’est de mettre dans une seule boîte, la totalité de son lunch et de diviser tous les éléments en petites portions.

En lisant le livre, j’ai réalisé que (contrairement à ce que j’avais pu penser), je n’avais pas besoin de me lancer dans la confection de sushis un soir de semaine. Il me fallait plutôt donner une deuxième vie à certains restes que j’avais pour me sortir des éternels sandwichs comme repas du midi. Et ça, j’aime! Valérie prône l’idée du vide-frigo et comme le mien était vraiment vide, disons que j’ai fait l’exercice dans des conditions extrêmes et ça a donné un dîner pas mal le fun, préparé en moins de 30 minutes!

Test : 3 recettes bento… fusion à la québécoise

J’ai testé trois types de recettes simples, à la japonaise, qui peuvent se décliner de différentes façons, même à la québécoise. J’ai fait le tamagoyaki, une omelette japonaise sucrée salée hyper simple à cuisiner. Ce qui est intéressant, c’est qu’elle se mange froide.

Truc de la débutante: allez-y tout en douceur avec la sauce soya. Mon omelette était trop salée.

J’ai essayé les onigris. En gros, on mélange ce qu’on veut avec du riz collant et on fait des petites boules que l’on mange température pièce. Moi, j’ai improvisé des onigris crevettes de Matane (tout droit sorties de mon congélateur), avocat et mayonnaise. Ce n’était pas une recette de Valérie, mais comme elle prône l’idée d’utiliser ce qu’on a sous la main, c’est ce que j’ai fait. C’était très bon.

Truc de la débutante: mettre les onigiris au frigo quelques minutes avant de les manger, les boules se tiennent mieux.

Je me suis finalement lancée dans l’onigirazu, un sandwich réinventé style sushi. Honnêtement, c’est simple comme bonjour. On prend une feuille de riz, on étale une mince couche de riz. On met la garniture de notre choix (condiments à sandwich, restants de la veille, etc.), on ajoute une fine couche de riz et on réunit les 4 coins ensemble pour refermer, comme un petit paquet. On l’emballe dans une pellicule plastique et on réfrigère quelques minutes. En le coupant en deux, on peut littéralement le manger comme un sandwich.

Truc de la débutante : Allez-y molo avec le riz. J’en avais mis trop et c’était costaud. Mon onigirazu était aux restants de poulet aux légumes. La prochaine fois, j’y ajouterai un peu de sauce, pour donner plus de goût.

Pour compléter ma boîte bento, j’ai coupé quelques crudités auxquelles j’ai ajouté des edamames et des morceaux de mangue que j’avais au congélateur, question de faire un petit plat de crudités réinventé. J’ai arrosé le tout d’une sauce au sésame.

Mon verdict

La confection de ma boîte bento était plus simple à réaliser que je le pensais. Mon lunch était bon et diversifié en plus d’être très protéiné. J’en ai même eu pour deux repas. C’est une façon originale de donner une deuxième vie à un plat. La présentation fantastique est optionnelle (fiou!) pour les soirées où l’on est pressé. Valérie propose une multitude de recettes en mettant de l’avant le mouvement zéro déchet, que j’ai réussi à mettre en pratique d’une certaine façon en utilisant mes aliments dans leur entièreté. J’aime le concept des boîtes bento, tant à l’asiatique qu’à la québécoise. En plus, ça fait moins de plats à laver le soir! Hourra!

Les boîtes bento

Évidemment, je n’avais pas de boîte bento chez moi. J’avais toutefois un plat Tupperware compartimenté qui a très bien fait l’affaire. Voici quelques boîtes bento intéressantes que j’ai dénichées en ligne. Je vous suggère de visiter le site de Lunch à porter ou encore de vous rendre en boutique, rue Saint-Paul à Montréal. C’est LA place où trouver des boîtes bento, des thermos et toutes sortes d’accessoires pour les lunchs.

YUMBOX, Lunch à porter — 42,95$

Bento Fuel, Archambault et Renaud-Bray — 24,99$

Contenant LUNCH-IT, Tupperware — 22,00$ (similaire à mon plat du jour!)

Vous aimerez également